Schéma de valeurs : le filtre « découpage »

Un outil dont je voulais vous parler depuis quelques temps : le filtre « découpage* ». Il permet de visualiser les zones par valeurs de saturation – et d’ajuster le schéma de valeurs* en conséquence.

Pour accéder au filtre dans le menu de Photoshop : filtres > galerie de filtre > découpage. Ensuite vous paramétrez les réglages pour obtenir des zones bien délimitées. Le résultat ? Sur un visuel simple, se créent ainsi des blocs correspondant normalement à des zones éclairées ou dans l’ombre. Je passe directement aux exemples !

test du découpage ou cut out
Visage en normal à gauche | visage après filtre « découpage » à droite

Sur l’exemple ci-dessus, l’image parle d’elle-même ! Cet effet de découpe permet  de distinguer deux sources au lieu d’une pour l’éclairage : sur le visage, la lumière semble venir de face ; tandis que sur le buste et le bras gauche sont éclairés depuis le côté gauche. Bourde que j’ai corrigée par la suite :-p

A présent, voici l’effet du filtre découpage sur une illustration – ici, le character design de Phaé :

Charadesign de Phaé testé en cut out
Illustration normale à gauche | vue après filtre « découpage » à droite

Ici, en termes de masses, on voit bien le visage, on devine le bras, on suppose un tombé de cape. Il est moins aisé en revanche de comprendre ce qui se passe au niveau de la capuche – le côté droit du visuel – qui semble se fondre dans le décor. Théoriquement, je devrais travailler ce côté de manière à ce que la capuche forme un contour marqué : soit en éclaircissant l’arrière plan et en fonçant la capuche… Ou inversement : décor plus sombre vs capuche plus claire ! J’avoue, j’ai volontairement laissé ce charadesign ainsi car je trouvais l’effet agréable, mais si on suit la méthode, c’est une erreur ^^

J’ai découvert cette technique grâce à une vidéo de l’illustrateur Clint Cearley alias Swatches sur YouTube. Elle complète bien mes tests de valeurs (en niveaux de gris) et de lisibilité (vue en dézoom ou yeux plissés) ^__^

Allez, je passe à un exemple d’illustration plus complète, en couleurs :

Temple Japonais dans les montagnes
Temple Japonais dans les montagnes, vue normale à gauche | vue avec filtre découpage à droite

Suivant les réglages, on n’obtient pas les mêmes découpes :

Temple Japonais : 2 tests du découpage
Temple Japonais : 2 réglages différents pour le filtre du découpage

C’est étonnant de voir qu’à un degré près, le filtre « découpage » redessine  différemment les zones ! Ici, à gauche, la partie basse des falaises apparaît de la même teinte que le bloc lié au temple ; tandis qu’à droite, cette même zone se fond dans le décor de l’arrière-plan, laissant bien visible le temple au premier plan.

Du coup, la méthode du découpage paraît vraiment plus intéressante en noir et blanc. Passons la même illustration, avec les mêmes réglages de découpage, en niveaux de gris :

Il ressort de ce second test que l’illustration du « temple japonais dans les montagnes » manque de peps : elle gagnerait en lisibilité si les contrastes étaient encore plus accentués entre le premier plan et les arrière-plans.

Oui, pour bien me faire comprendre, j’ai pris des exemples qui contenaient des erreurs ! 😉 J’espère que cela vous sera aussi utile qu’à moi !

____

*Pour ceux qui suivent les tutoriels en anglais, découpage se dit « cut out » et schéma de valeurs « value scheme ». 

Alors, vous faites le test ?

Ou laissez-moi un commentaire

Changement d’éclairage, les valeurs

… Ce qui compte, ce sont les valeurs x) Beaucoup le savent !

Retour sur la dernière illustration. Sur cette carte parodique, j’ai effectué une rotation à 180° du personnage ; côté composition, il m’a semblé plus intéressant de laisser le champ libre au texte, qui forme une ligne arrondie suivant les contours d’une divine proportion :

Carte Parodique de Death Note en noir et blanc
Tête, texte, crâne longeant la courbe | Premier arrangement de divine proportion

 

Visible également sous cet angle :

Carte Parodique de Death Note en noir et blanc
Œil du personnage rencontrant l’orbite du crâne | Deuxième arrangement de divine proportion

 

 

Pour plus de dynamisme, j’ai montré les deux avant-bras du shinigami ; et lors de l’arrangement de l’espace, j’ai trouvé plus opportun que ce soit la main opposée qui tienne la pomme. D’autant que le doigt pointé suit les perpendiculaires orangées :

Carte Parodique de Death Note en noir et blanc
Troisième arrangement de divine proportion

 

Seul hic : dans ma première version de clair-obscur, la main rencontrait la lumière sur son côté gauche, côté paume. Dans cette seconde version parodique, la lumière vient de la droite, côté dos de la main. Voici une coupe avec la lumière du même côté pour que vous puissiez comparer :

Carte Parodique de Death Note en noir et blanc
En haut, la version du clair obscur | en bas, la version parodique

Eh bien, mine de rien, travailler à partir du noir et blanc m’a bien simplifié la tâches : je n’avais à me focaliser que sur les valeurs. Les masses étaient déjà là ^__^ Et le résultat est arrivé plus rapidement !

Pour celles et ceux qui n’ont pas encore tenté l’expérience, je recommande chaudement de démarrer par une version en valeurs de vos dessins ^.~

Ou laissez-moi un commentaire

Elfe bretonne, coiffure en knot

Allez, je n’allais pas vous laisser passer les fêtes de fin d’années en présence de mâles, retour sur une petite elfe à la coiffure bretonne : chignon à foison !

Je suis partie d’un de mes tests illustrés sur le logiciel de dessin Mischief avec une Cintiq Wacom : elfe au trèfle knot.  Cette fois-ci, finalisation avec Photoshop :

Elfe – fée au trèfle knot – version colorisée à partir du noir & blanc

C’est l’occasion aussi – et surtout – de persévérer dans l’entraînement de colorisation à partir d’une illustration en niveau de gris :

base originale en niveau de gris
ajout d’un calque de couleur brune en mode couleur
ajouts de couleurs en mode couleurs
retouches sur un calque normal
ajouts de couleurs en mode lumière tamisée ou incrustation
Elfe au trèfle knot – version finale

Les commentaires en bas de chaque étape vous donne la façon dont j’ai procédé. C’est aussi mon quatrième article sur le sujet, donc je me limiterai à cela ! Néanmoins, ces différents essais de colorisation me montre à quel point la méthode est peu aisée : passer du niveau de gris (grayscale en anglais) à la couleur (color, colour) demande encore du travail ^^

Pour celles et ceux que le sujet intéresse, je vous recommande de taper « grayscale to color » dans votre navigateur favoris : )

 

 

Ou laissez-moi un commentaire

Lutin gros tarin

Encore une séquelle du visionnage du nanard « Trolls 2 » x)

Nouvel exercice de colorisation numérique à partir de niveau de gris !

Bref. Dans la continuité du précédent lutin vampirique, voici un nouveau crayonné grassement coloré :

Lutin aux oreilles pointues et gros tarin - colorisation en mode cracra
Lutin aux oreilles pointues et gros tarin – colorisation en mode cracra

Approche un peu différente cette fois : j’ai rapidement fusionné mon calque de scan (crayonné) avec le calque de valeurs en niveau de gris :

lutin tarin tutoriel - étape 1
étape 1 : scan du crayonné
lutin tarin tutoriel - étape 2
étape 2 : travail des valeurs
lutin tarin tutoriel - étape 3
étape 3 – travail des masses
lutin tarin tutoriel - étape 4
étape 4 : passage du noir et blanc vers la couleur
lutin tarin tutoriel - étape 5
étape 5 : de quoi mettre l’ambiance !
lutin tarin tutoriel - étape 6
étape 6 : début de colo légère
Lutin aux oreilles pointues et gros tarin - colorisation en mode cracra
étape 7 : finalisation – on reste sobre

Je trouve le résultat moins abouti que sur mon lutin vampirique ou mon yak rigolard. J’ai calé en cours de route sur la pose de couleurs, qui ne s’est pas passée comme sur le précédent dessin. La technique est grandement perfectible…

 

Sur ce, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année ! Au pays des lutins et des légendes, des confiseries et des festivités : )

Ou laissez-moi un commentaire

Lutin vampirique en step by step

le crayonné coloré : principales étapes
le crayonné coloré : principales étapes

J’ai travaillé ce croquis en mode détente – le résultat est donc intentionnellement brut ! A la base, c’est un mix entre une session de jeu de rôle (Vampire) et le visionnage de Trolls 2 (lors d’une soirée nanard) x) Je cherche à m’habituer à coloriser à partir du gris, comme je l’avais fait pour le yak rigolard.

Voici un aperçu de trois étapes clés du dessin (à gauche, affinage ; au milieu, niveau de gris ; à droite, couleurs brutes) :

aperçu des étapes juxtaposées
aperçu des étapes juxtaposées

Donc c’est parti ! L’étape est commentée en bas de chaque visuel :

étape 1 : le crayonné pris en photographie
étape 1 : le crayonné pris en photographie
étape 2 : éclaircissement et légère coloration du crayonné
étape 2 : éclaircissement et légère coloration du crayonné

A partir de maintenant, le calque du crayonné reste au dessus des calques couleurs et se trouve en mode produit, histoire de conserver la texture un peu grungy du papier :

étape 3 : un fond pêchu + mon gris de travail habituel
étape 3 : un fond pêchu + mon gris de travail habituel
étape 4 : premières couleurs à gros traits
étape 4 : premières couleurs « brutes » à gros traits
étape 5 : passage en niveau de gris pour affiner les volumes
étape 5 : passage en niveau de gris pour affiner les volumes

Pour le niveau de gris, plutôt que de fusionner toute mon illustration, j’utilise un calque de réglages ; les traits de pinceau pour l’affinage sont effectués par dessus ce calque de réglage. Ça me permet de conserver mes calques couleurs intactes.

Enfin, je superpose à mon groupe de couleurs brutes mon groupe noir et blanc (passé en mode incrustation) :

étape 6 : superposition des étapes 4 & 5, puis affinage des détails
étape 6 : superposition des étapes 4 & 5, puis affinage des détails

Voilà pour ce rapide partage ! En cette fin d’année, les contes regorgent de lutins, de trolls et autres chimères, donc un lutin à crocs de vampire me semble dans le ton 😉

Ou laissez-moi un commentaire

Color scheme ? La palette de couleurs

Combinaison, jeu ou palette de couleur : le colour scheme ! La combinaison de couleur s’établit à partir de la roue chromatique. Sans m’appesantir sur le rôle des couleurs, des teintes, et toute la théorie que vous trouverez très bien expliquée ailleurs, j’ai envie aujourd’hui de vous parler d’un outil¹ pour les « travaux en cours » ou « wip »².

A l’origine, j’avais recours à ce type d’outil pour mes créations liées au web – principalement du webdesign, c’est-à-dire la conception de charte graphique destinée à un usage sur internet, comme un site web, des bannières de publicités, un entête de réseaux social ou un déclinaison, etc. Mais les palettes sont aussi valables pour le design print, la décoration d’intérieur, le dessin de mode… Soit la création d’image en général, avec le dessin comme sujet du jour ^.~

zoom sur le portrait du majordome François Espérendieu - inspiré de Série noire à l'encre Rougecolor scheme ou palette de couleur - tiré du zoom sur portrait

En l’occurrence, utiliser une roue chromatique m’a récemment « décoincée » pour finaliser le portrait du majordome³ récemment posté. Aussi je vous partage ce retour d’expérience : j’ai testé une roue chromatique interactive à partir de mon image en cours de créa !

Je souhaitais harmoniser la palette de mon illustration et suis donc passée par l’outil de création de palette d’Adobe « Adobe Kuler » :

Les points de référence pour établir la palette de couleurs

On discerne des ronds sur l’image et la couleur prélevée par l’application en ligne est affichée dans une barre. Ici j’ai déplacé les points de référence colorée pour me concentrer sur le personnage – précisément parce que je cherche à assortir les couleurs du personnage en fonction de celles de l’arrière-plan.

Après avoir choisi les points de références dans l’image, on peut jouer sur les variantes de teintes et de densité :

L'illustration en cours passée au crible d'Adobe Kuler
L’illustration en cours passée au crible d’Adobe Kuler : palette et roue chromatique

J’ai à la fois joué sur la position des points dans la roue elle-même et sur les réglettes placées sous les teintes. Ici on a une vision immédiate du choix chromatique. Et j’obtiens rapidement une palette de couleurs satisfaisante, en passant d’une composition un peu bancale – faussement accords isocèles – à une composition analogue :

roue chromatique après modification dans Adobe Kuler
Roue chromatique après modification dans Adobe Kuler

Ne reste plus qu’à retravailler mon illustration pour coller au plus près ! Petits changements :

Aperçus de l’illustration « avant-après » suite au changement du color scheme

Ce qui change ? La couleurs de la veste et des cheveux les plus sombres, ainsi que certaines valeurs locales de la chemise, du nœud papillon et du veston.

En traditionnel, j’aurais directement travaillé sur la palette où se trouvent mes couleurs, sans représentation schématique (à part dans la tête ^-^). Puis j’aurais consciencieusement repassé ladite couleur sur la zone à modifier – encore qu’en aquarelle, sur une teinte aussi sombre, c’est presque impossible. En numérique, cette étape-là est beaucoup plus rapide ^__^

Fondamentalement, on ne sort pas des sentiers battus : la roue chromatique n’est pas réinventée. L’avantage des outils comme Adobe Kuler est qu’ils rendent cette pratique ludique, avec un grande rapidité d’analyse !


¹Les quelques outils pour les amateurs et amoureux du numérique – avec comme particularité – la création d’une palette de couleurs à partir d’une image :

Il en existe bien d’autres ! Je liste ceux-ci pour l’intérêt que j’y ai trouvé dans le cas d’un dessin en couleurs, où l’on peut uploader son illustration pour déterminer puis ajuster le jeu de couleurs.

²Travaux en cours = WIP = work in progress

³L’illustration du majordome : François Espérendieu, l’homme au regard vicieux et au sourire malveillant


Personnellement, en numérique (pas en traditionnel) je pars d’instinct mais je songe à me forger des palettes toutes prêtes ! Et vous, avez-vous recours à une roue chromatique ? Vous partez « spontanément » en improvisant au fur et à mesure ou « rationnellement » avec des palettes prédéterminées ?

Ou laissez-moi un commentaire

Promenez-vous dans les sous-bois…

… Pendant que je mets à jour mon blog* ^^

En mettant à jour mon portfolio, j’ai réalisé que je n’avais pas écrit d’étape-par-étape pour l’illustration de l’elfe au bois. Voici donc un step-by-step de ce dessin, en partant du crayonné et en passant par les couches de couleurs :

elfe au bois - étape 1
elfe au bois – étape 1 : crayonné
elfe au bois - étape 2
elfe au bois – étape 2 : début de colo en partant du décor
elfe au bois - étape 3
elfe au bois – étape 3 : décor plus sombre, plus froid & évolution du personnage en conséquence
elfe au bois - étape 4
elfe au bois – étape 4 : détails de la parure
elfe au bois - étape 5
elfe au bois – étape 5 : quelques touches d’ambiance

Arrivée à cette étape, j’ai constaté que le rehaut de bleu en arrière-plan donnait à l’elfe un semblant de coup de soleil…>.< D’où ma solution : écran total ! XD

elfe au bois - étape 6
elfe au bois – étape 6 : réglages de lumière et de (dé)saturation

Pour comparer, voici les deux versions en niveau de gris :

elfe au bois - test en noir et blanc de l'étape 5
test en noir et blanc de l’étape 5
elfe au bois - test en noir et blanc de l'étape 6
test en noir et blanc de l’étape 6

Quand je vois la solution que j’avais choisie à l’époque, je pense que j’aurais aussi pu contourner l’excès de rouge de la peau en virant vers le brun / marron, cad en glissant vers un teint mate voire basané.

Enfin, voilà pour l’évolution, un avant-après !

____________

*Parodie de la comptine  « Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas… »

Ou laissez-moi un commentaire

illustration en chemin, dernières étapes

Parlant de textures, voici l’illustration finale pour « en chemin » !

illustration " en chemin" finale
illustration  » en chemin » finale

Début de l’illustration :

 

Principales étapes de colorisation & texturage :

colorisation /texture : étape
colorisation /texture : étape étape 1
colorisation /texture : étape
colorisation /texture : étape étape 2
colorisation /texture : étape
colorisation /texture : étape étape 3
colorisation /texture : étape
colorisation /texture : étape 4
test en noir et blanc
test en noir et blanc

Traitement progressif de la matière avec tests ponctuels en niveaux de gris pour vérifier les valeurs et le sens de lecture. J’ai posté ici le test final mais j’en fais régulièrement en cours de route.

J’ai commencé par le fond et je suis remontée petit à petit vers le premier plan. Cette fois-ci je suis volontairement restée dans le flou, pour éviter de me retrouver dans la situation des combattantes perses ; j’y avais tellement détaillé le décor qu’il m’avait fallu flouter le résultat final ! C’est la tentation du numérique, je pense, où, du moment que la résolution du fichier le permet, on peut aller vraiment loin dans le détail. Or ça ne sert pas à grand chose, même pour un 4×3. Bref, j’espère éviter cet écueil ici ^^

« En chemin » est aussi mon premier test réussi de colorisation à partir du noir et blanc ! \^o^/

Ou laissez-moi un commentaire

En chemin – step by step en noir et blanc

Directement lié à l’article précédent, quelques étapes de l’illustration « en chemin » :

Masses et rough – crayonné partiel après coup
début de volumes
éclairage général
affinage des volumes et de certains points du décor
surbrillance du chemin montagneux pour en vérifier le tracé
base pour la mise en couleurs

Pour le moment, je ne vous poste que les recherches en noir et blanc. Le dessin n’est pas encore fini – mise en couleurs de prévue pour janvier !

Ou laissez-moi un commentaire

Step by step en mode coloring page

Petit retour sur le précédent article avec un étape-par-étape !

A la base, j’étais partie d’un crayonné que je souhaitais travailler en mode « étude de maître » ; mais j’ai coincé en court de route. Jusqu’à ce que je m’aperçoive que la jeune elfe ressemblait beaucoup au personnage de Nora dans la bande-dessinée New Game, d’Evhell. Ça m’a remise sur les rails !

Les étapes enregistrées (on revient de loin ^^) :

Rough de départ
Crayonné sur fond sombre
Teintes dérivées du ton de départ
Le déclic avec Aleim dans « Orion »
Oreilles réajustées et personnage recentré
Affinages des formes et des couleurs
Autres détails en tâchant de conserver l’esprit d’origine

 

Et les deux vérifications habituelles !

  • Passer le dessin en niveau de gris / histoire de vérifier les contrastes :
news-2016-11-17-coloring-page-efl-aleim-check-02-noirblanc
Dessin en noir et blanc – ça change tout de suite !
  • Et de temps en temps, inverser la feuille :
news-2016-11-17-coloring-page-efl-aleim-check-01-reverse
Illustration quasiment finale – j’ai rajouté quelques bribes de feuillages sur le travail posté

Une bonne partie de l’artwork reste volontairement en « brut » avec des traits secs ; ça a été un mini-enjeu pour moi qui aime vraiment (trop ?) détailler. Là je trouve le dessin plus énergique !

Pour les couleurs, l’artiste qui m’a inspirée – en plus d’Evhell, donc – est Marco Bucci et plus précisément, l’une de ces « études de modèle » à l’huile sur toile. Je n’ai pas su rendre le rouge sur la peau mate de Nora / Aleim mais le ton est là. J’en ai aussi profité pour associer une teinte musicale* et olfactive* à chaque fois que j’ouvrais le fichier de Nora. Plusieurs tests donc !

Outre son petit nez retroussé, j’ai bien aimé les tatouages et piercings asymétriques du personnage dans le jeu Orion – une jolie métamorphose ^-^ L’idée d’associer IRL et vie virtuelle, entre quotidien et jeu vidéo est excellente ! Bravo à Evhell !

_____________________

Musiques associées :

Senteurs associées :

  • Monoï et Sucre vanillé

Comment ça, ça n’a aucun rapport ? XD

Ou laissez-moi un commentaire