Exercices sur objets – à table !

Comme promis dans les derniers exercices sur objets – les empotés ! voici de nouvelles créations dominicales avec Bryce 5. Avec cette fois, des tables hautes, des tables basses et des fauteuils aux allures rétro. Toujours en modélisation et rendu 3D.

Je commence avec un jeu autour des formes coniques – avec un vase en cône vers le haut assorti d’une table basse en cône vers le bas :

mobilier - création d'objet 3D avec Bryce 5
un ensemble de mobilier 3D avec Bryce 5 : vase, fauteuil et table basse

Continuons sur cette effet de salle d’attente :

mobilier - création d'objet 3D avec Bryce 5
un ensemble de mobilier en 3D avec Bryce 5

Entre les érables pourpres et les coquetiers cerise, vous pensez sûrement que j’aime bien le rouge. C’est vrai – ainsi que tous les dérivés autour, du violet à l’orange. Si j’emploie ici facilement du rouge et du blanc, c’est parce que ces matières ont le mieux résisté au temps dans Bryce 5, à mon avis.

Allez, c’est parti pour quelques variantes lumineuses :

mobilier - création d'objet 3D avec Bryce 5
variation lumineuse sur l’ensemble de mobilier en 3D avec Bryce 5
mobilier - création d'objet 3D avec Bryce 5
variation lumineuse sur l’ensemble de mobilier en 3D avec Bryce 5

Pour ces deux variations où la lampe sur pied est allumée, j’ai dû utiliser des spots de lumières – un au niveau de l’ampoule dans l’abat-jour et un autre pour éclairer les objets environnants.

Place maintenant à un ensemble de salon, meublé d’un téléviseur avec effets de glitch (parasites) à la Matrix :

mobilier - création d'objet 3D avec Bryce 5
un ensemble de mobilier 3D avec Bryce 5 : pot et arbuste, fauteuils, coussin et écran de télévision

Les deux fauteuils sont déjà une variations du fauteuil blanc et du siège rouge (que je partage en fin d’article). Les fauteuils comme le coussin au sol sont créés avec des metaballs*, des sortes sphères qui fusionnent entre elles comme un coulis de fruits rouges.

A présent, changeons d’ambiance ! Baissons la luminosité, allumons la télé et jouont avec les spots de lumière :

mobilier - création d'objet 3D avec Bryce 5
variation sur le mobilier 3D avec Bryce 5 : pot et arbuste, fauteuils et écran de télévision allumé

Je n’en suis pas encore à étudier la modification de texture ; en conséquence, rien n’évoque ici le cuir ou les textiles (velours, lin, coton), matières qui recouvrent habituellement fauteuils et canapés. Le bois m’apporte également peu de satisfaction en terme de rendu pour le moment – voici toutefois une vue épurée des différentes tables hautes, en bois, ou bois et métal, à l’origine imaginées pour les scènes et qui se sont finalement muées en table basse et en lampe :

mobilier : tables et variantes de matières / textures- création d'objet 3D avec Bryce 5
mobilier 3D avec Bryce 5 : tables et variantes de matières / textures

Ces tables hautes, comme les tables basses des scènes 3D, sont construites à partir de cylindres : étirés, aplatis, bref déformés, puis imbriqués ou soustraits. Une exception toutefois, concernant le pied de la table 100% bois, qui lui, repose sur un cône doublé d’un cylindre.

A la suite, une série d’exemplaires de fauteuils, sièges et socles, qui imagent les combinaisons entre cylindres ou entre metaballs* :

mobilier : fauteuils, sièges, socles - création d'objet 3D avec Bryce 5
mobilier 3D avec Bryce 5 : fauteuils, sièges, socles

Comme précisé plus haut, le fauteuil blanc et le siège rouge sont réalisés à partir de metaballs, contrairement aux socles à l’avant-plan (qui eux résultent d’une combinaison de cylindres et de sphères aplaties). Combiner metaballs et primitives (cylindre, sphère, cône, etc.) ne m’a pas été possible dans Bryce 5. Dommage. Peut-être que d’autres y sont arrivés par le passé !


*metaball, metaballs : dans Bryce, désignent des sphères capables de créer des liens voire de fusionner ensemble en fonction de leur proximité. Plus elles sont proches, plus leurs formes se combinent, et ce, en positif comme en négatif – la coque du fauteuil comme celle du siège est ainsi née d’une metaball négative insérée partiellement dans une metaball positive. Les formes obtenues ont un côte très liquide, je trouve !


Maintenant que je bidouille régulièrement les objets, je perçois quelques limites par rapport à ce que j’aimerais faire : je regrette en effet de ne pas pouvoir sculpter les primitives – ou les metaballs ; je ne peux que les combiner entre elles et les déformer sommairement, selon les trois axes.

Cet article est le dernier du mois de juin ! Je compte profiter de la période estivale pour moins partager sur ce site durant juillet – août et ainsi me consacrer à mes autres sites web, dont surtout MDstudio mon site de photos, ainsi qu’aux réseaux sociaux que j’ai peu voire pas maintenu depuis mi-avril dernier… Enfin mettre à jour, ou pas, histoire de diminuer mon empreinte écologique en consommation numérique ^.~

Bon dimanche et bel été à tous ! Je vous dis au plus tard à la rentrée de septembre, pour la suite ^__^

Ou laissez-moi un commentaire

Exercices sur objets – les empotés !

Rempotés, certainement ; empotés, peut-être… Parce que les arbustes égayent rapidement et simplement une scène un peu vide ! Ici, j’expérimente la création d’objets avec le logiciel de rendu 3D Bryce 5.

Exemple avec la scène présentée dans l’article environnement 3D et trajectoire de caméra avec Bryce – un bonsaï en pot à l’entrée de la pyramide ; il apparaît assez net comparé à l’arrière-plan, où l’on devine un second arbuste déjà pâli par la brume. Ce pot fleuri, surtout, apporte une touche de vie à cette image plutôt désolée :

Bryce 5 – arbuste installé à l’entrée du temple – scène en cours d’habillage et d’éclairage

J’en avais brièvement évoqué la possibilité : Bryce permet, dans une certaine mesure, la création d’objets – voir à ce sujet Bryce : aide d’ambiance pour les décors. Je me suis donc livrée à diverses créations de pots pour plantes, fleurs et arbustes :

Bryce 5 – étapes de création d’un premier pot : forme, creuset, eau, terre
Bryce 5 – variante sur le premier pot avec une mise en lumière ou « lighting »
Bryce 5 – modification du bonsaï, ajout de pousses dans le terreau
Bryce 5 – création d’un deuxième pot pyramidal
Bryce 5 – création d’un troisième pot en cône, avec une variante du bord
Bryce 5 – création d’un troisième pot, un bac en cube, avec quatre piliers montants

Ces objets ont été formés à partir d’opérations booléennes, lorsqu’un objet négatif vient creuser, trouer, évider un objet positif. Il est possible de répéter plusieurs fois l’opération en question pour ouvrir différents espaces – c’est la même technique que pour la pyramide avec la porte et le toit ouverts, cf. la vidéo sur l’environnement 3D et trajectoire de caméra avec Bryce ^.^ C’est aussi de cette façon que j’ai créé le lac dans mes premiers Souvenirs avec Bryce, un logiciel 3D !

Présentés sur fond blanc, ces objets – et plantes – ne reçoivent ici aucune information colorée ; le résultat reste, par conséquent, assez brut. Mais en situation, l’ensemble commence à devenir intéressant. Voici une deuxième vue de la scène de la pyramide :

Bryce 5 : vue de face pour l’entrée du bonsaï, brouillée par la perspective atmosphérique

Le brouillard est d’autant plus présent que l’image partagée ici est une coupe de la vue globale au démarrage de la caméra – caméra située donc bien plus loin. Dernier exemple avec une vue de dessus cette fois :

Bryce 5 : pyramide dans la brume, érables rouges et piédestal

J’espère pouvoir en tirer davantage. Il me reste encore beaucoup de choses à apprendre, comme l’application de matières et la modification de textures, de lumières locales en spots, de ciels, d’arbres – j’en joue déjà mais sans trop savoir ce que je fais ! Et la création de terrain reste délicate – cf. mes débuts avec le jeu de terrains bleus dans Bryce. Aussi, en guise d’entraînement, j’ai sculpté du terrain pour chaque terreau de chaque pot ; on apprend en faisant, et on maîtrise, en répétant ^.~

A dimanche prochain pour la suite du programme avec de nouveaux objets ! Bonne fin de semaine, profitez bien <3

Ou laissez-moi un commentaire

Exercices sur terrains bleus

Zoom sur les terrains de Bryce avec la modification d’un terrain – un exercice de base, ici sans changer l’ambiance lumineuse.

Il s’agit d’une ébauche de paysage déjà rendue en 3D sous différents cieux dans l’article précédent Bryce, une aide à l’ambiance pour les décors. Les modifications ont essentiellement porté sur la masse rocheuse au centre de la vue :

Une simple chaîne montagneuse légèrement érodée

L’idée : modeler cette chaîne de montagnes pour en faire émerger autre chose :

chaîne montagneuse transformée en barres d’immeubles

Normalement, on ne procède au rendu 3D qu’à la fin – mais je trouvais moins glamour de vous partager une vue « technique » dès le départ. Voici la vue en maillage sans le rendu de texture, avec la même vue de l’extérieur que sur la première image :

L’outil d’édition, de modification et de sculpture de Bryce :

Pour l’exemple, je travaille la roche au loin – ici en vue de dessus :

Je reviendrai ultérieurement sur cet outil – juste pour préciser qu’on ne peut sculpter que la vue de dessus et non les différentes faces comme dans Z-Brush par exemple. En revanche, la palette de droite « Outils » fournit des options palliatives, comme notamment :

Chaîne montagneuse version 00 modelée en forme géométrique, semblables à des buildings
Chaîne montagneuse version 00, ici modelée de quelques pics évoquant une ancienne forteresse de fantasy

Pour mémoire, je suis partie de cette unique montagne :

Chaînes montagneuses légèrement érodées – version 00 d’origine

Et une petite variante qui combine les différents effets :

Combinaisons de roches érodées, de pics et de formes géométriques : buildings modernes, ancien clocher de village…

Comme vous le voyez, je reste pour le moment sur des exercices de paysages désertiques assez constants – comme la composition présentée dans Souvenirs avec Bryce, un logiciel 3D : environnement aride avec présence d’un plan d’eau isolé, roches érodées par des pluies manifestement disparues.

Ou laissez-moi un commentaire

Bryce : aide d’ambiance pour les décors

Où la réponse à mon précédent article est dans le titre ! Et où je vous parle un peu plus de ce logiciel de modélisation 3D, de rendu 3D et d’animation de caméra. Ici, j’utilise toujours Bryce 5.

Ici, ce qui m’intéresse dans un premier temps, c’est la capacité du logiciel à créer des ambiances colorées, nuageuses, brumeuses à souhait – des situations que je n’aurais pas forcément imaginées de prime abord :

Une scène désertique avec une probable tempête de sable réalisée avec Bryce 5
Une scène désertique avec une probable tempête de sable réalisée avec Bryce 5

Moyennant de jouer sur les multiples réglages du ciel, la composition évolue considérablement et le sentiment du spectateur également :

La même scène, réalisée avec Bryce 5, sous des cieux différents
La même scène, réalisée avec Bryce 5, sous des cieux différents

L’autre atout incontournable de Bryce réside dans la sculpture du terrains !

En conservant la même scène que présentée ci-dessus, j’ajoute et sculpte des bosses et des creux en second plan, tout en modifiant sensiblement les montagnes d’arrière-plan pour simuler un clocher ou toute construction « civilisée » dans ce monde de brute :

La même scène, modélisée avec Bryce 5, pour un terrain présentant des excavations
La même scène, modélisée avec Bryce 5, pour un terrain présentant des excavations

Et, là encore, si je manipule les outils relatifs à la brume et choisis une orientation différente pour le soleil – ou pour la lune – les caractéristiques des matières changent elles aussi :

La même scène, modélisée avec Bryce 5, avec des allures fantomatiques
La même scène, modélisée avec Bryce 5, avec des allures fantomatiques

Vous l’avez compris, je compte principalement utiliser Bryce comme logiciel de création de paysages – et éventuellement d’objets, de bâtiments, d’infrastructure (type chemin, pont…). Un nom d’ailleurs qui caractérise les compétences inhérentes à ce programme car il comporte de nombreuses textures et formes relatives à ses étendues arides et accidentées.

J’espère en sortir des approches plus variées en terme d’ambiances colorées et de prises de vue. A ce stade, mes ébauches de terrains restent encore grossières, même si l’intention est déjà perceptible (et perfectible). Et compte-tenu de la sensible obsolescence des textures de Bryce 5, je compte over-painter en 2D après rendu 3D ^.~

Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce logiciel :

Ou laissez-moi un commentaire

Environnement 3D et trajectoire de caméra avec Bryce

Je continue mes expérimentations en 3D et mes retrouvailles avec Bryce 5. Comme promis dans le précédent article « Souvenirs avec Bryce, un logiciel 3D  » voici la vidéo d’une animation de caméra avec ledit logiciel de rendu !

Petite précision : il s’agit d’un exercice de prise en main, issu du manuel utilisateur. Le but est donc de se familiariser rapidement et simplement, pas de créer d’emblée une œuvre d’art. Et, étant donné la relative vétusté de l’ensemble associé au vide certain de la scène filmée, une petite résolution suffit pour vous partager cet exercice :

Par ailleurs, cette scène avec Bryce 5 est nativement rendue en très basse définition. Les éléments n’ont pas été sculptés mais en partie réalisés avec des opérations booléennes – une combinaison d’objets négatifs et positifs – je reviendrai sur cette partie plus technique en temps voulu ^.~ J’ai trouvé la série d’exercices sur papier plutôt complète. Dommage que les tutoriels en ligne aient disparus.

Pour l’anecdote, Bryce sort des vidéos en .avi (et oui, ça fait longtemps qu’on n’a plus vu ce format) ; qu’importe, VLC Media Player effectue sans sourciller une conversion en H264 de l’avi au mp4, réduisant au passage le poids de mon fichier de 3,34Mo à 740Ko – poids amplement satisfaisant puisque je linke depuis mon serveur et non pas depuis une plateforme extérieure comme Youtube ou DailyMotion. Bien. En vue de la vidéo finale, je souhaitais également apporter un titre en début de séquence, grâce à l’éditeur vidéo « photos » de Microsoft Windows et… Surprise : à partir d’un fichier de 740Ko, cet éditeur me recrache un fichier de 3,08Mo ! J’ai donc préféré en rester à la version VLC, sans titre ni fondu ^^

C’est probablement l’une des rares occasions où je publierai une vidéo sur mes créations 3D, car mon intérêt ne réside pas dans la réalisation de petits films pour le moment. Aussi, à dimanche prochain, pour cette fois-ci vous parler de mon objectif premier avec Bryce ^-^

Ou laissez-moi un commentaire

Souvenirs avec Bryce, un logiciel 3D

Je nourris une affection particulière pour Bryce.

Donc mon avis n’est clairement pas objectif. D’ailleurs, je ne vous propose pas un benchmark – une étude de marché avec comparaison des capacités du produit par rapport aux autres logiciels de modélisation et rendu 3D… Ne serait-ce que parce Bryce 5 fête presque ses 20 ans* maintenant ! Donc son obsolescence le disqualifierait d’emblée, je pense.

Je pourrais en étudier un autre – c’est d’ailleurs l’idée à terme – sauf que, comme d’habitude, je veux commencer par bidouiller avec ce dont je dispose au présent avant d’aller voir ailleurs.

A l’époque où l’on m’a parlé de Bryce, et à mes yeux, les effets de matière et de lumières étaient juste époustouflants. Précision – je ne connaissais pas d’autres logiciels. Évidemment, maintenant, le résultat pique les yeux ! Je vous ai prévenus ^o^

Lac et terrains - combinaison d'objets booléens - Bryce 5
Lac et terrains – combinaison d’objets booléens – Bryce 5

Entre mes souvenirs de jeunesse et ce que je découvrais de Bryce 2 (vers 2002 – 2003) puis de Bryce 5 (en 2005), j’y voyais enfin des rendus au plus près de ce qui me faisaient rêver depuis ma visite du Futuroscope et de sa projection 3D au Solido – projection datant, elle, de 1995 :  il s’agissait des Échos du soleil et notamment de l’explication de la photosynthèse, illustrée d’un plongeon à grande vitesse au cœur des tiges. Conjuguer ainsi la didactique et la technologie, le scientifique et le divertissement, c’est ce qui m’a encouragé à continuer mes études, je l’avoue !

Je me suis remise dans le manuel utilisateur pour vous proposer ces images, issues de Bryce 5, la version anciennement proposée par l’éditeur Corel. Actuellement, c’est Daz3D qui commercialise Bryce 7, d’ailleurs en promotion – en vue d’une prochaine version ?

Autre exercice d'objets booléens sur une pyramide avec ici un agrandissement raté !
Autre exercice d’objets booléens sur une pyramide avec ici un agrandissement raté !

Cette fois-ci donc, j’étudie à partir des exercices rédigés par l’éditeur de Bryce – contrairement aux précédentes créations où j’étais partie en totale exploration et dont j’ai partagé quelques paysages lors de la refonte de la galerie 3D rendering l’année dernière.

*tandis que Bryce 1, le premier du nom, a été lancé en 1994. J’aurais adoré en faire la découverte à ce moment-là ^^

Suite du programme dimanche prochain, avec un petit tour d’horizon sur les orbes et l’expérience vidéo !

Ou laissez-moi un commentaire

Jardin japonais à l’aube sucrée

Un moment de zen et de chaleur, quand les feuilles bruissent aux premières lueurs.

Le printemps est arrivé et avec lui, une nouvelle vidéo – ou ici, un gif animé :

processus de création pour le jardin japonais
processus de création pour le jardin japonais

Cette illustration de jardin japonais, vous la connaissez au moins en partie : c’est mon fond d’écran pour ce site web, Yrial in Sight, et également ma bannière pour les réseaux sociaux Twitter et Facebook !

Ce dessin s’inspire du jardin japonais de l’Île de Versailles, à Nantes. Y sont organisés, à la Maison de l’Erdre, des évènements comme Passion Japon et des expositions temporaires aux thématiques fortes.

Japanese Garden of Nantes : Île de Versailles
Jardin Japonais Nantes : Île de Versailles

Je vous en dit un peu plus sur le procédé dans jardin japonais à Nantes. Ici je souhaitais adapter le décor de manière à ce qu’il fonctionne sans le personnage représenté lors du pique-nique Wazabi ; un buisson d’arbustes taillés en plateau me semble une bonne option !

Cette illustration reste importante pour moi puisqu’elle situe bien mon univers, entre réalisme (par sa composition) et fantastique (pour ses couleurs sucrées). Elle change avec moi ! Et vous, y a-t-il une image qui semble vous correspondre, même avec les années et vos évolutions ?

Ou laissez-moi un commentaire

Roughs de recherche autour de Charles

J’ai eu quelques hésitations sur le portrait de Charles. Aussi je vous partage quelques-unes de mes étapes de recherche, en mode tutoriel, process, ou step-by-step, quel que soit le nom que vous lui donnez !

Pour mémoire, voici la version finale de l’illustration en niveau de gris :

Illustration en noir et blanc, portrait de Charles, un personnage du roman Le Choix du Roi
Illustration en noir et blanc, portrait de Charles, un personnage du roman Le Choix du Roi

Je n’étais pas fixée sur la source lumineuse¹ – ici, une étude avec la lumière venant de la gauche de l’illustration (croquis de gauche), venant de la droite et du dessus (croquis du milieu), ou venant du dessous (croquis de droite) :

Valeurs différentes suivant la source lumineuse
Valeurs différentes suivant la source lumineuse

Le portrait de droite, avec la lumière éclairant par en dessous, dénote un côté magique que je ne souhaitais pas voir apparaître sur le personnage de Charles – a contrario des précédents protagonistes. Ensuite, la lumière venant de la gauche aurait probablement trop adouci les trait du personnage… J’ai donc retenu le portrait du milieu.

…Ni sur la longueur ou l’absence de barbe – ici, une version imberbe (dessin de gauche), une version avec légère moustache et barbe (dessin du milieu) et une barbe beaucoup plus prononcée (dessin de droite).

Essais de différentes "pilosités"
Essais de différentes « pilosités »

La version « longue barbe – cheveux longs » faisait vraiment poncif du genre. Quant à celle du visage imberbe, elle me rappelle trop les « méchants » personnages efféminés que j’ai pu lire jeune dans les mangas.

Aussi, j’ai opté pour la version intermédiaire, plutôt contemporaine certes avec barbe de trois jours – version que j’ai commencée à approfondir :

Approfondissement en valeurs de ce qui sera l'illustration finale
Approfondissement en valeurs de ce qui sera l’illustration finale

Pour un zoom, voici les visuels en grand de mes recherches :

Les roughs en plus grande taille – que je travaille « de loin » sur mon écran, juste pour me concentrer sur l’ensemble et non sur les détails.

¹Ces tests s’apparentent à ceux effectués sur le personnage de Lizbeth où j’avais testé différents éclairages, avec, comme ici, trois niveaux de gris pour les valeurs.

A ce stade, si je réalisais ce buste en 3D, je passerais un bon quart d’heure juste à le regarder tourner comme une poterie ! Ça a beau être quelque chose de simple, les ombres et les lumières qui se déplacent sur un plan fixe ont toujours eu un effet fascinant sur moi.

J’espère que ce petit jeu autours des valeurs vous a donné quelques clés sur l’illustration de Charles !

Une sorte de « best nine » réalisé avec les étapes postées ci-dessus ^-^

Et vous, vous arrive-t-il de tester différents éclairage sur vos roughs avant de vous lancer ?

Bon dimanche à vous !

Ou laissez-moi un commentaire

Charles ou Carolus Magnus, Le Choix du Roi

Nous sommes au printemps et pourtant, j’illustre une nouvelle scène d’hiver en forêt d’épineux – probablement éclairée de torchères en arrière-plan. Nouvelle scène inspirée du « Choix du Roi », un roman de Solène Bauché* !

Indice : les cheveux longs seraient synonymes de puissance et on le dit « à la barbe fleurie »… Pour un portrait d’homme plus mûr que ce que je dessine en illustration¹ et toujours ce jeu de lumière oscillant du bleu à l’orangé, que j’ai développé pour le trio de protagonistes tirés du roman :

Illustration de style réaliste, portrait de Charlemagne, un personnage du roman Le Choix du Roi
Illustration de style réaliste, portrait de Charles, un personnage du roman Le Choix du Roi

Eh oui, Charles ou Charlemagne, ou encore Carolus Magnus, le père d’Amaudra et de Pépin, clôture ici mon triptyque de personnages en tribut au Choix du Roi. Un mélange de froideur et de douceur, de tristesse et de complicité que rencontre une éventuelle culpabilité dans ses traits à la fois jeunes par ses ambitions et déjà vieillis par les soucis. Un côté énigmatique sans le déparer de sa stature – où le dynamisme orangé (symbolisant ses conquêtes) côtoie le calme d’une froideur bleutée (imageant la rationalité).

Par certains aspects, même après avoir terminé la lecture, j’en veux encore à ce Charles : il m’était donc difficile de le rendre purement sympathique et le teint presque cireux est certainement la traduction colorée de ce sentiment mitigé. Il regarde légèrement vers le passé, car lors de cette rencontre, ces enfants figurent un présent manifeste à chaque seconde – Amaudra comme Pépin sont d’ailleurs représentés de face dans mes précédentes illustrations.

¹ en illustration, mais pas en BD où finalement je dessine autant de personnages d’âges murs que jeunes.

*Pour l’anecdote, Solène Bauché est une auteure Nantaise et Vannetaise : n’hésitez pas à vous rendre sur sa page Facebook Solène Bauché Romancière, ou découvrir un extrait de son roman Le Choix du Roi sur Librinova !

Bon dimanche à tous !

Ou laissez-moi un commentaire

Festival Partage ta Bulle, regard sur Winteries

L’artbook No-Xice© Winteries a donc fait ses débuts hier, au festival BD « Partage ta Bulle » en terre ligérienne – une journée ensoleillée pour bien débuter. Et une bonne ambiance manifestement !

J’en profite pour faire un petit retour personnel, à présent que ce projet est sorti. J’avais déjà titré un des précédents articles « 2009-2019, un petit avant-après coloré » ; je peux dire aujourd’hui sur Winteries : « 2009-2019, l’aventure continue… ». Au départ, s’il s’agit simplement d’une petite phrase, que seuls les membres du groupe No-Xice ont lu sur notre workflow, elle résume la progression dans mon travail et je l’espère, annonce la suite !

… D’autant que je fais le grand écart sur trois directions dans Winteries : 10 ans sépare mes illustrations, y sont présents des dessins de personnages comme des décors purs, y figure du style manga comme du style réaliste. Pourtant, ces illustrations ont en commun la magie* de l’hiver à mes yeux : le froid saisonnier y rencontre la chaleur humaine, les couleurs vives et sucrées se marient à la blancheur bleutée voire cristalline. C’est une certaine douceur qui y prédomine, un certain calme aussi, et une bonne dose de contemplation surtout ! Des éléments que j’espère vous avoir transmis autour de cette thématique, par ailleurs synonyme d’animation, de festivités et d’activités.

*Cette histoire de « magie » est assez ancienne chez moi : enfant, je m’étais promise de toujours croire en la magie. Rapidement, j’ai réalisé que c’était difficile, peu envisageable, pas crédible dès qu’on cherchait et obtenait l’explication du processus, des causes et des effets, etc. Aussi, à défaut de magie, et pour rester fidèle à ma promesse, j’essaie depuis de voir le merveilleux même dans les petits choses. Ce qui ne nuit en rien à mon scepticisme naturel mais égaye régulièrement mes journées ^.~ J’espère qu’il en sera de même pour vous !

Et sans doute est-ce pour cette raison que mes personnages ont régulièrement l’air tendre, voire le sourire en coin ou carrément la banane ^o^

Même si je n’ai pu participer à l’évènement de Saint-Gildas-des-Bois / Pont-Château, j’ai relayé les informations prodiguées par le Facebook de No-Xice sur Twitter et même Deviant Art – histoire de m’essayer au journal dédié. En conséquence, je ne dispose pas encore de mon exemplaire auteur « Winteries ». Hâte de l’avoir entre les mains ^__^

Merci encore au No-Xiciens qui ont illustré et préparé cet artbook collectif, et à tous ceux qui sont venus nous voir aujourd’hui. Compte-rendu à venir sur le site web de No-Xice© : www.no-xice.com !

Et on se retrouve au festival de l’illustration et de la BD du Pays d’Ancenis le week-end prochain, les 30 et 31 mars pour Ancenis BD !

Ou laissez-moi un commentaire