Féérie sous la pluie

Où un portrait en couleur de mon elfe noire aux crocs saillants !

Au choix entre une version « rouge » et une version « verte » de l’illustration, c’est la verte que j’ai choisie d’approfondir :

« Rainy Fairy » ou « Féérie sous la pluie » version couleurs d’origine

Peut-être à cause de la luminosité ambiante matinale, la version finale me semble fade en comparaison des soirs où j’ai travaillé les couleurs du portrait. Quelques rapides réglages plus tard, voici une version légèrement plus intense :

« Féérie sous la pluie » portrait en couleur rehaussée pour l’elfe noire aux crocs saillants

La version « féerie sous la pluie » paraît ainsi plus ocrée et dense, l’elfe y est plus présente ; la version « rainy fairy » semble en comparaison plus claire, grisée, ce qui rend la fille plus transparente, fragile et vibrante mais le regard plus brillant- tandis que celui de la version « féerie » dénote globalement davantage d’éclat, de couleur et de vie . Laquelle préférez-vous ? D’un écran à l’autre, il y a de grosses différences.

Une version encore plus intense pour le portrait de l’elfe accompagnée de fées sous la bruine

Cette illustration fait suite aux différentes recherches partagées précédemment. Le dessin est une des multiples interprétations possibles pour l’elfe de Pekhov : peau sombre que j’ai peinte cuivrée / dorée / orangée ici et, si on se réfère au texte d’origine…

aux yeux jaunâtres, aux lèvres noires et aux cheveux gris cendré. Quant aux crocs qui saillent de leur lèvre inférieure, ils ont de quoi terrifier tant les gens qui ne sont jamais sortis de chez eux que les amateurs de contes de bonne femme.

Source : le tome 1 des Chroniques de Siala

De quoi patienter jusqu’au Utopiales, le festival de prospective qui débute dans quelques jours à Nantes ! Comme chaque année, j’ai hâte !

Ou laissez-moi un commentaire

Shinigami glandouille

L’heure de la rentrée a donc sonné et certains d’entre vous ont le nez plongé dans leurs cahiers. A l’heure du numérique, me voici prônant le papier. A l’heure de la suractivité, me voilà valorisant le repos ! Avec le sourire et de grands crocs, place à Ryûk dans « Shinigami Glandouille » !

Ryûk ou Ryuuku, Shinigami farceur et glandeur ! Un fanart de la série Death Note.

Certain.e.s le reconnaissent pour avoir lu le manga Death Note* ou pour avoir surfé sur ce blog entre janvier et août 2018. J’avais posté une prévisualisation partielle assortie de mon process ; l’imagine définitive étant alors réservée à la parution exclusive d’un artbook collectif – projet qui n’aura pas lieu donc je vous partage le dessin.

Personnellement j’ai toujours trouvé Ryuuku ambigu : tantôt il manifeste son soutien – du moment que la situation l’amuse – tantôt il prend ses distances. Parfois réfléchi et sage, parfois impulsif et infantile, il se trouve progressivement dépassé par le génie (ou la folie) de son compagnon humain. J’ai cherché à transmettre cette ambiguïté, entre un personnage presque hilare et une ambiance pesante et obscure, un peu comme celles des polars. Le personnage est présenté en pleine lumière parce qu’il agit franchement, tandis que les ombres sont aussi fortes en raison de la nature même de son œuvre. Ici il profite tranquillement mais ne devrait-il pas bosser dans son carnet ?

Pour celles et ceux qui aiment les gribouilles, j’avais aussi partagé des essais d’ambiances colorées pour cette illustration ; et si vous préférez les études de la nature, ce fanart avait également donné lieu à quelques études préliminaires d’os et de crânes !

Cette illustration fait suite à mon premier essai de clair-obscur sur une pomme, posté l’année dernière ; je suis partie de la même posture pour le shinigami – ne sachant que faire du bras, j’ai d’abord pensé à effectuer des tests sur le dessin plus simple avant de me lancer dans l’aventure d’une illustration plus complète.

* bande-dessinée japonaise écrite par Tsugumi Ōba et dessinée par Takeshi Obata. Existent aussi une série TV et une comédie musicale adaptées de l’œuvre.

Ou laissez-moi un commentaire

Jardin japonais à l’aube sucrée

Un moment de zen et de chaleur, quand les feuilles bruissent aux premières lueurs.

Le printemps est arrivé et avec lui, une nouvelle vidéo – ou ici, un gif animé :

processus de création pour le jardin japonais
processus de création pour le jardin japonais

Cette illustration de jardin japonais, vous la connaissez au moins en partie : c’est mon fond d’écran pour ce site web, Yrial in Sight, et également ma bannière pour les réseaux sociaux Twitter et Facebook !

Ce dessin s’inspire du jardin japonais de l’Île de Versailles, à Nantes. Y sont organisés, à la Maison de l’Erdre, des évènements comme Passion Japon et des expositions temporaires aux thématiques fortes.

Japanese Garden of Nantes : Île de Versailles
Jardin Japonais Nantes : Île de Versailles

Je vous en dit un peu plus sur le procédé dans jardin japonais à Nantes. Ici je souhaitais adapter le décor de manière à ce qu’il fonctionne sans le personnage représenté lors du pique-nique Wazabi ; un buisson d’arbustes taillés en plateau me semble une bonne option !

Cette illustration reste importante pour moi puisqu’elle situe bien mon univers, entre réalisme (par sa composition) et fantastique (pour ses couleurs sucrées). Elle change avec moi ! Et vous, y a-t-il une image qui semble vous correspondre, même avec les années et vos évolutions ?

Ou laissez-moi un commentaire

Charles ou Carolus Magnus, Le Choix du Roi

Nous sommes au printemps et pourtant, j’illustre une nouvelle scène d’hiver en forêt d’épineux – probablement éclairée de torchères en arrière-plan. Nouvelle scène inspirée du « Choix du Roi », un roman de Solène Bauché* !

Indice : les cheveux longs seraient synonymes de puissance et on le dit « à la barbe fleurie »… Pour un portrait d’homme plus mûr que ce que je dessine en illustration¹ et toujours ce jeu de lumière oscillant du bleu à l’orangé, que j’ai développé pour le trio de protagonistes tirés du roman :

Illustration de style réaliste, portrait de Charlemagne, un personnage du roman Le Choix du Roi
Illustration de style réaliste, portrait de Charles, un personnage du roman Le Choix du Roi

Eh oui, Charles ou Charlemagne, ou encore Carolus Magnus, le père d’Amaudra et de Pépin, clôture ici mon triptyque de personnages en tribut au Choix du Roi. Un mélange de froideur et de douceur, de tristesse et de complicité que rencontre une éventuelle culpabilité dans ses traits à la fois jeunes par ses ambitions et déjà vieillis par les soucis. Un côté énigmatique sans le déparer de sa stature – où le dynamisme orangé (symbolisant ses conquêtes) côtoie le calme d’une froideur bleutée (imageant la rationalité).

Par certains aspects, même après avoir terminé la lecture, j’en veux encore à ce Charles : il m’était donc difficile de le rendre purement sympathique et le teint presque cireux est certainement la traduction colorée de ce sentiment mitigé. Il regarde légèrement vers le passé, car lors de cette rencontre, ces enfants figurent un présent manifeste à chaque seconde – Amaudra comme Pépin sont d’ailleurs représentés de face dans mes précédentes illustrations.

¹ en illustration, mais pas en BD où finalement je dessine autant de personnages d’âges murs que jeunes.

*Pour l’anecdote, Solène Bauché est une auteure Nantaise et Vannetaise : n’hésitez pas à vous rendre sur sa page Facebook Solène Bauché Romancière, ou découvrir un extrait de son roman Le Choix du Roi sur Librinova !

Bon dimanche à tous !

Ou laissez-moi un commentaire

Le nouvel artbook Winteries, revue détaillée !

Ça y est, j’ai mon exemplaire auteur !

Voici donc l’artbook No-Xice© Winteries tel qu’il vous est présenté sur le stand bien que sont laissés aux curieux deux exemplaires ouverts.

Je fais suite au précédent article Regard sur Winteries, en images et en photographies, cette fois-ci :

artbook No-Xice© Winteries
artbook No-Xice© Winteries : papier kraft et étiquette, une idée de San Lee

artbook No-Xice© Winteries
artbook No-Xice© Winteries : un emballage soigné signé San Lee !

artbook No-Xice© Winteries
artbook No-Xice© Winteries : de la douceur jusque dans le lacet brillant, un clin d’œil au thème de l’hiver

Anecdote : l’impression sur le papier calque est une technique faite maison No-Xice© !

artbook No-Xice© Winteries
artbook No-Xice© Winteries : sous le calque, un effet de rehaut

artbook No-Xice© Winteries
artbook No-Xice© Winteries : en plus de la texture du papier, mes coups de brosses numériques restent visibles !

artbook No-Xice© Winteries
artbook No-Xice© Winteries : même pastelles, les différences de teintes ressortent agréablement, sans bavure

artbook No-Xice© Winteries
artbook No-Xice© Winteries : granulé agréable pour des couleurs soutenues sans être flashies

L’artbook No-Xice© Winteries est imprimé sur papier recyclé en format A3.

Toujours une surprise et encore un plaisir de voir ses illustrations passer du virtuel au réel, muer de la peinture numérique au papier, pour prendre corps sous une forme d’objet tangible.

Découverte que je partage avec vous !

Ou laissez-moi un commentaire

Pépin dans Le choix du Roi

Portée par le récit de Solène Bauché dans son roman le Choix du Roi, j’illustre aujourd’hui le petit frère d’Amaudra : Pépin !

Solène nous parle de boucles blondes, de yeux vert d’eau assortis d’un nez aquilin. Ici j’imagine ce jeune homme portant un regard affectueux et admiratif sur sa grande sœur :

Illustration de style réaliste, portrait de Pépin, un personnage du roman Le Choix du Roi
Illustration de style réaliste, portrait de Pépin, un personnage du roman Le Choix du Roi

Pour que Pépin ait un air de famille avec Amaudra, j’ai repris un visage en long ponctué de taches de rousseur, des yeux très légèrement en amande et des lèvres plutôt fines ourlées d’un demi-sourire énigmatique… Rehaussé d’une lueur un tantinet fantastique en contre-jour – dont une pointe dans les iris. Le portrait de Pépin est également basé sur la même ambiance que pour l’illustration d’Amaudra : sapins en hiver, fourrure et vacillante lumière.

Un petit mot sur l’auteure ! Solène Bauché est une auteure Nantaise et bretonne de cœur : n’hésitez pas à vous rendre sur sa page Facebook Solène Bauché Romancière, ou découvrir un extrait de son roman Le Choix du Roi sur Librinova !

Bon week-end à tous !

Ou laissez-moi un commentaire

Artbook collaboratif No-Xice© : Winteries

Le titre n’est pas définitif. Cet artbook collectif* s’inspire de ma galerie « Winter Manga Characters » que viendront enrichir les illustrations de mes collègues chez No-Xice© !

Quand les flocons d’hiver nous comptent des légendes de naguère… Quelques personnages de caractère :

artbook Winter avec No-Xice©
visuel absolument pas contractuel, juste pour situer l’ambiance

*A l’heure actuelle j’ignore encore combien nous serons ou si le projet sera finalement en « artbook auteur » !

J’ai déjà vu de jolies choses de la part de Zork, affaire à suivre ! Quant aux miennes, vous en avez d’ores et déjà un aperçu dans la galerie d’illustrations cartes de voeux ainsi qu’avec les illustrations de style manga ^.~

Ce recueil thématique sortira pour la prochaine édition du salon annuel de la BD Partage Ta Bulle, à Saint-Gildas-des-Bois. No-Xice© y était l’année précédente en tant qu’exposant et intervenant. Et nous y revenons avec plaisir !

Ou laissez-moi un commentaire

Couple en couleur

J’ai réalisé tardivement cette semaine que jeudi célébrait les cœurs roses, les petits chocolats, les restos en tête-à-tête… Bref, la Saint Valentin ! Histoire de participer à la tendance, voici une illustration tirée de crayonnés pour la Saint Valentin* et publiée sur les réseaux le 14 février dernier !

Couple tendrement enlacé - illustration couleur de Saint Valentin
Couple tendrement enlacé – illustration couleur de Saint Valentin

Une colorisation titrée Sweety Tenderness en variante de l’illustration Pinky Tenderness ou Valentine’s Day // Saint Valentin en couleurs, datant de la même année* que les croquis cités plus haut.

*L’année en question : 2012 ! A l’époque je dessinais encore des mains gigantesques ^.~

Process de l’illustration :

Processus ou étape-par-étape de l'illustration Saint Valentin
Processus ou étape-par-étape de l’illustration Saint Valentin

 

Un peu de douceur pour un contre-jour, un côté pastel gras pour une gribouille colorée. Et des retrouvailles avec un style* que je ne côtoie plus ! Au demeurant, je voulais marquer le coup, et rapidement, donc le crayonné fait une nouvelle fois partie du dessin. Surprise, j’éprouve quelques difficultés à m’habituer à Photoshop CC installé en janvier, il est presque… Trop sensible pour moi, même en désactivant la taille de brush en fonction de la pression exercée sur le stylet. Je me demande si la version en couleur de 2012 n’est pas plus réussie au final que celle-ci ?

Et vous, vous arrive-t-il de reprendre / redessiner / réécrire en partant d’une de vos créations réalisée plusieurs années en arrière ? Je ne parle d’un pas « redraw this » mais bien d’une « collaboration » avec une production personnelle largement antérieure. Comme si la personne que vous êtes aujourd’hui rencontrait celle que vous étiez dans le passé !

Ou laissez-moi un commentaire

Amaudra dans Le Choix du Roi

En ce mois d’hiver pour l’hémisphère Nord, une illustration d’Amaudra, l’un des personnages du roman « Le Choix du Roi » écrit par l’auteure Nantaise Solène Bauché !

Amaudra, la fille aînée de Charlemagne, dont le destin demeure obscur dans les archives – ici sous les traits d’une jeune femme énigmatique aux yeux ambrés – dorés suivant l’éclairage :

Illustration de style réaliste, portrait d'Amaudra, un personnage du roman Le Choix du Roi
Illustration de style réaliste, portrait d’Amaudra, un personnage du roman Le Choix du Roi

Pour dessiner ce portrait, je me suis inspirée des… Références de la romancière, Solène Bauché, justement ; ) Et d’une scène en pleine forêt que vous découvrirez si vous lisez Le Choix du Roi !

Pour l’anecdote, Le Choix du Roi épouse l’Histoire autant que les histoires, entre évènements d’envergure et chemins personnels. L’autrice distille intrigues ou défis avec une sincère compréhension des caractères et une attention tantôt empathique, tantôt pragmatique aux impératifs de chacun. J’ai été époustouflée !

Illustrer un personnage de roman me rappelle les moments où je déchiffrais à l’oreille un morceau de musique : lorsque j’en avais reconnu les notes et le rythme, et que je pouvais le jouer sans écouter l’original, il me semblait que l’air perdait de sa magie, de son mystère. Ici j’ai vaguement le même sentiment : tant que l’on reste immergé dans la lecture, le personnage de fiction conserve des traits plutôt flous ; une fois dessiné, c’est comme si l’on avait figé son visage, sa silhouette… Bien sûr, l’interprétation reste personnelle !

Et vous, est-ce que vous transposez aussi les media écriture – dessin ?

 

Ou laissez-moi un commentaire

Jardin Japonais à Nantes

Dessin numérique aux couleurs fantasmagoriques !

Récemment j’ai partagé un extrait vidéo de mon utilisation du « pinceau mélangeur » sur Photoshop : buissons teintés de rose sur Instagram ou de bleu sur Twitter. Cet outil requiert moins de ressources que le « mélange au doigt ». Dans ma quête d’optimisation informatique, c’était une découverte parfaite pour moi en matière d’illustration digitale !

Ici, je cherchais à ce que le paysage fonctionne sans le personnage d’origine – aussi ai-je ajouté quelques branches au premier plan – avec le fameux pinceau mélangeur ou « mixer brush » :

Japanese Garden of Nantes : Île de Versailles
Japanese Garden of Nantes : Île de Versailles

Comme la légende l’indique, ce dessin est une illustration en numérique, représentant un décor naturel bien que réinventé : le jardin japonais de l’Île de Versailles à Nantes. Ouvert toute l’année, ce parc abrite régulièrement des expositions ainsi que des aquariums. Des cerisiers y côtoient des bambous, des arbres taillés en plateau croisent l’ombre de buissons ou vénérables foisonnants. Dans l’étang, quelques canards épient les carpes… Bref, un petit paradis de verdure sur une île citadine de la ligne – tram 2.

Entre le moment où j’ai photographié et croqué le parc, et aujourd’hui, le rendu a évolué ; tout a commencé avec un repentir numérique sur ce jardin japonais : j’avais l’impression de ne pas être allée au bout de mon idée sur le traitement de l’image ! 

Et vous, vous arrive-t-il de revenir expérimenter sur vos anciens dessins ?

Ou laissez-moi un commentaire