Portrait, character design : femme médecin particulière !

Voodoo and 7th Sea ! Voici le résultat d’une commande d’un MJ pour animer quelques sessions du jeu de rôle « 7e Mer ».

Deux versions pour deux portraits réalisés début février 2021 :

portrait - étude de personnage "médecin" || charadesign "doctor"
portrait – étude de personnage « médecin » || charadesign « doctor »
portrait - étude de personnage "vaudou" || charadesign "voodoo"
portrait – étude de personnage « vaudou » || charadesign « voodoo »

C’est la première fois que je me penche sur l’esthétique du 17ème siècle, tout comme sur le maquillage vaudoue : aussi ai-je eu besoin de documentation. D’autant que le temps accordé était cours (2 ou 3 jours si ma mémoire est bonne).

Au final, j’ai donc attendu deux mois pour partager ces conceptions de personnages – ni « work in progress » ni publication avant le délai requis pas les sessions de jeu. Le secret a donc été bien gardé de mon côté comme du côté du Maître de Jeu (MJ) : Perpétua Bienommé, dite Améthyste, ne s’est en effet pas révélée immédiatement aux Personnages Joueurs (PJ) dès sa première apparition !

Et vous, êtes-vous rôliste ? En JdR il m’arrive souvent de croquer mon personnage ou celui des autres ; en revanche, certains joueurs préfèrent ne jamais représenter leur perso pour que la magie subsiste. Et c’est vrai : à partir du moment où le personnage est illustré précisément, ou au moins dessiné dans les grandes lignes, bref, posé sur papier, il prend une réalité tangible. Le dessin peut-il figer l’imagination ?

Ou laissez-moi un commentaire

couleurs pour 2021 : 1 chiffre pour 1 arbre

Suite des esquisses, études et croquis de janvier, voici la carte de février dernier pour « 2021 : 1 chiffre pour 1 arbre » ! Un jeu de clair-obscur pour une palette de couleurs presque monochrome, entre le vert et le bleu où le numéral se pare de végétal.

Une version de l’illustration où l’arbre ressemble bien au chiffre 1 :

2021, 1 chiffre pour 1 arbre
dessin d’un arbre en forme de « 1 » : 2021, 1 chiffre pour 1 arbre

Un projet thématique intéressant pour ce jeu entre dessin et typographie, où les chiffres évoquent des feuilles, des palmes, voire un arbre complet avec le « 1 ». Le reflet évoque une étendue aquatique, eau qui s’associe au liseré au ras des racines pour symboliser le mycélium – ce champignon qui permet aux arbres de communiquer nourriture et peut-être information, dans les profondeurs du sol. Seconde version illustrée où l’arbre revêt une forme plus naturelle en ce qui concerne sa ramure :

2021, 1 chiffre pour 1 arbre
dessin d’un arbre en forme « naturelle » : 2021, 1 chiffre pour 1 arbre

Finalement j’ai donc réussi l’éclairage en dessous, directement au pinceau et sans truchement (cf. mon précédent article sur le sujet) ^.~ J’en avais déjà fait sur des personnages mais peu voire jamais sur des arbres ! Or je tenais particulièrement à conserver cette ambiance claire-obscure, symbole d’une période de transition où le doute voire la morosité accapare, à juste titre, beaucoup d’esprits… Et dont une solution serait accessible en profondeur. Solution finalement proche, au sol à nos pieds, possible dans l’adaptation et la communication. Et pourquoi pas, entre végétal et humain. Même si dissimulée au premier regard.

Les deux illustrations sont disponibles en grand format dans la galerie illustrations de carte de vœux. Pour le processus de création, voir les croquis d’intention et les études en esquisses nocturnes précédemment partagées !


Typographie utilisée : Bernard MT Condensed, un police de caractère actuellement distribuée par Microsoft. Illustration graphique achevée le 21 février 2021. Pour une année plus harmonieuse entre urbain et végétal, entre humains déjà, et avec les autres animaux, toujours.

Ou laissez-moi un commentaire

Peinture numérique pour chat domestique

Retour sur les croquis et la peinture autour d’une année plus douce !

Au départ, il s’agit d’une étude de la nature… Qui s’est révélée soit trop plate soit trop contrastée ; j’ai choisi un croquis plus déformant, plus exagéré, qui me paraissait dégager davantage de sympathie :

2 croquis sur les quelques esquisses réalisées autour du chat – le style « simplifié » « exagéré » passe mieux !

En revanche, la mise en couleur m’a progressivement faire revenir à un style plus réaliste, notamment et surtout lors du détail partiel de la fourrure :

3 étapes de mise en couleurs – garder les pattes avant bien isolées du coussin fait bizarre…

Je parle de peinture numérique dans la mesure où j’ai majoritairement utilisé l’huile, le crayon et le pinceau mélangeur sur Photoshop. Une sorte d’approfondissement du portrait homérique dans Le retour de l’ordinateur ! L’effet reste spontané même si je doute d’y retrouver un élément identifiant en matière de « touche picturale ». Bien. Résultat final :

« peinture numérique pour chat domestique » – illustration finale sans le texte de la carte de vœux

Un partage empreint de câlin en cette Saint Valentin… Que certains passeront peut-être sans leur compagnie de prédilection, couvre-feu ou confinement oblige (au moment où je prépare la planification de cet article, j’ignore encore quelle forme les restrictions pourraient prendre).

Une référence aussi à ma récente photographie de Nature apprivoisée, prédateur domestiqué ? avec une preview ci-dessous :

Nature apprivoisée, prédateur domestiqué ? Photographie de chat européen
photographie de chat européen postée en janvier sur MDstudio, mon site dédié à la photographie ^.~

Retrouvez les croquis d’intention précédemment postés, ainsi que les différentes variantes colorées, ou encore la version complète avec le texte pour cette carte du tendre.

Ou laissez-moi un commentaire

Carte du tendre pour une année meilleure en douceur

Meilleurs vœux illustrés pour cette année qui a déjà (bien selon les points de vue) commencé :

My best wishes for a softer, tender, better new year | saisei Yrial in Sight 2021
My best wishes for a softer, tender, better new year | saisei Yrial in Sight 2021

J’ai choisi une formulation personnelle. Globalement nous sommes tous sous le joug de restrictions sanitaires, nécessaires et indispensables, avec des conséquences économiques, familiales, sociales, associées à un impact important sur la santé mentale. D’où l’idée de ne pas souhaiter une traditionnelle « bonne » année et de porter l’accent sur les petits moments de bonheur, même fugaces. La plupart du temps, j’opte pour des vœux personnalisés mais là j’ai pensé que ce serait mieux de le faire aussi pour la carte générique.

Et… En raison de ces mêmes interrogations sociales, je me suis inspirée d’une source musicale pour le texte : celui de Daft Punk pour leur chanson « Harder, Better, Faster, Stronger », plus particulièrement le passage sur l’automatisation du processus de transformation et d’uniformisation. J’évite au maximum les polémiques sur Yrial, je les réserve pour mon entourage ; cette fois-ci, je n’y résiste pas !

Alors. Notre mode de vie nous rend-t-il plus fort, plus rapide, meilleur en tout ?

D’ici-là, je vous souhaite sincèrement une année plus en douceur à tous celles et ceux qui en ont bien besoin ^-^


Retrouvez les croquis d’intention précédemment postés, ainsi que les différentes variantes colorées, ou encore différents essais de composition graphique incluant le texte.

Ou laissez-moi un commentaire

Cartes illustrées, vœux 2021 : compositions tests

Quelques exemples de conception graphique autour de l’illustration précédemment postée ! Une étape ludique qui, finalement, fait partie du processus de création. J’ai ici joué avec la taille et l’interlettrage de la typographie ainsi que sur les négatifs entre le fond et le sujet :

Carte de vœux, version 1 : chat de taille moyenne et texte « relativement » petit, cadre estompé
Carte de vœux, version 2 : chat de grande taille et texte qui s’agrandit en capitale, pas de cadre
Carte de vœux, version 3 : passage en négatif, l’illustration est visible dans les lettres, grand texte
Carte de vœux, version 4 : même effet qu’en 3, avec retour du cadre de la version 1

Je ne vous en partage que 4 mais il en avait davantage. Aussi ai-je sollicité quelques personnes de mon entourage. Toutes ont donné leurs avis sur le choix !!! Les retours sur le travail sont toujours précieux ^o^

J’ai finalement laissé visible par endroit le croquis de recherche dans l’illustration finale, soulignant la truffe et le regard ; et parmi les différentes variantes colorées, j’ai donc choisi la version « chat roux et tons chauds » comme direction.

Rendez-vous demain dimanche prochain pour la version finale !

Ou laissez-moi un commentaire

Vœux illustrés : tests colorés

Quelques tests d’ambiances pour le projet de carte de vœux 2021 !

Essais d’ambiances colorées, tout en douceur !

J’aime toujours autant m’essayer aux variantes colorées ! Et ensuite, je marque une pause – passer à autre chose permet de se « rafraîchir les mirettes » et de choisir une direction à pousser.

Dans ces exemples, le croquis de recherche est encore pleinement intégré au dessin. Les grandes lignes sont tracées.

Une fois l’illustration terminée, on se retrouve la semaine prochaine pour des essais de conception graphique – toujours en partant des crayonnés de recherche !

Ou laissez-moi un commentaire

Féérie sous la pluie

Où un portrait en couleur de mon elfe noire aux crocs saillants !

Au choix entre une version « rouge » et une version « verte » de l’illustration, c’est la verte que j’ai choisie d’approfondir :

« Rainy Fairy » ou « Féérie sous la pluie » version couleurs d’origine

Peut-être à cause de la luminosité ambiante matinale, la version finale me semble fade en comparaison des soirs où j’ai travaillé les couleurs du portrait. Quelques rapides réglages plus tard, voici une version légèrement plus intense :

« Féérie sous la pluie » portrait en couleur rehaussée pour l’elfe noire aux crocs saillants

La version « féerie sous la pluie » paraît ainsi plus ocrée et dense, l’elfe y est plus présente ; la version « rainy fairy » semble en comparaison plus claire, grisée, ce qui rend la fille plus transparente, fragile et vibrante mais le regard plus brillant- tandis que celui de la version « féerie » dénote globalement davantage d’éclat, de couleur et de vie . Laquelle préférez-vous ? D’un écran à l’autre, il y a de grosses différences.

Une version encore plus intense pour le portrait de l’elfe accompagnée de fées sous la bruine

Cette illustration fait suite aux différentes recherches partagées précédemment. Le dessin est une des multiples interprétations possibles pour l’elfe de Pekhov : peau sombre que j’ai peinte cuivrée / dorée / orangée ici et, si on se réfère au texte d’origine…

aux yeux jaunâtres, aux lèvres noires et aux cheveux gris cendré. Quant aux crocs qui saillent de leur lèvre inférieure, ils ont de quoi terrifier tant les gens qui ne sont jamais sortis de chez eux que les amateurs de contes de bonne femme.

Source : le tome 1 des Chroniques de Siala

De quoi patienter jusqu’au Utopiales, le festival de prospective qui débute dans quelques jours à Nantes ! Comme chaque année, j’ai hâte !

Ou laissez-moi un commentaire

Shinigami glandouille

L’heure de la rentrée a donc sonné et certains d’entre vous ont le nez plongé dans leurs cahiers. A l’heure du numérique, me voici prônant le papier. A l’heure de la suractivité, me voilà valorisant le repos ! Avec le sourire et de grands crocs, place à Ryûk dans « Shinigami Glandouille » !

Ryûk ou Ryuuku, Shinigami farceur et glandeur ! Un fanart de la série Death Note.

Certain.e.s le reconnaissent pour avoir lu le manga Death Note* ou pour avoir surfé sur ce blog entre janvier et août 2018. J’avais posté une prévisualisation partielle assortie de mon process ; l’imagine définitive étant alors réservée à la parution exclusive d’un artbook collectif – projet qui n’aura pas lieu donc je vous partage le dessin.

Personnellement j’ai toujours trouvé Ryuuku ambigu : tantôt il manifeste son soutien – du moment que la situation l’amuse – tantôt il prend ses distances. Parfois réfléchi et sage, parfois impulsif et infantile, il se trouve progressivement dépassé par le génie (ou la folie) de son compagnon humain. J’ai cherché à transmettre cette ambiguïté, entre un personnage presque hilare et une ambiance pesante et obscure, un peu comme celles des polars. Le personnage est présenté en pleine lumière parce qu’il agit franchement, tandis que les ombres sont aussi fortes en raison de la nature même de son œuvre. Ici il profite tranquillement mais ne devrait-il pas bosser dans son carnet ?

Pour celles et ceux qui aiment les gribouilles, j’avais aussi partagé des essais d’ambiances colorées pour cette illustration ; et si vous préférez les études de la nature, ce fanart avait également donné lieu à quelques études préliminaires d’os et de crânes !

Cette illustration fait suite à mon premier essai de clair-obscur sur une pomme, posté l’année dernière ; je suis partie de la même posture pour le shinigami – ne sachant que faire du bras, j’ai d’abord pensé à effectuer des tests sur le dessin plus simple avant de me lancer dans l’aventure d’une illustration plus complète.

* bande-dessinée japonaise écrite par Tsugumi Ōba et dessinée par Takeshi Obata. Existent aussi une série TV et une comédie musicale adaptées de l’œuvre.

Ou laissez-moi un commentaire

Jardin japonais à l’aube sucrée

Un moment de zen et de chaleur, quand les feuilles bruissent aux premières lueurs.

Le printemps est arrivé et avec lui, une nouvelle vidéo – ou ici, un gif animé :

processus de création pour le jardin japonais
processus de création pour le jardin japonais

Cette illustration de jardin japonais, vous la connaissez au moins en partie : c’est mon fond d’écran pour ce site web, Yrial in Sight, et également ma bannière pour les réseaux sociaux Twitter et Facebook !

Ce dessin s’inspire du jardin japonais de l’Île de Versailles, à Nantes. Y sont organisés, à la Maison de l’Erdre, des évènements comme Passion Japon et des expositions temporaires aux thématiques fortes.

Japanese Garden of Nantes : Île de Versailles
Jardin Japonais Nantes : Île de Versailles

Je vous en dit un peu plus sur le procédé dans jardin japonais à Nantes. Ici je souhaitais adapter le décor de manière à ce qu’il fonctionne sans le personnage représenté lors du pique-nique Wazabi ; un buisson d’arbustes taillés en plateau me semble une bonne option !

Cette illustration reste importante pour moi puisqu’elle situe bien mon univers, entre réalisme (par sa composition) et fantastique (pour ses couleurs sucrées). Elle change avec moi ! Et vous, y a-t-il une image qui semble vous correspondre, même avec les années et vos évolutions ?

Ou laissez-moi un commentaire

Charles ou Carolus Magnus, Le Choix du Roi

Nous sommes au printemps et pourtant, j’illustre une nouvelle scène d’hiver en forêt d’épineux – probablement éclairée de torchères en arrière-plan. Nouvelle scène inspirée du « Choix du Roi », un roman de Solène Bauché* !

Indice : les cheveux longs seraient synonymes de puissance et on le dit « à la barbe fleurie »… Pour un portrait d’homme plus mûr que ce que je dessine en illustration¹ et toujours ce jeu de lumière oscillant du bleu à l’orangé, que j’ai développé pour le trio de protagonistes tirés du roman :

Illustration de style réaliste, portrait de Charlemagne, un personnage du roman Le Choix du Roi
Illustration de style réaliste, portrait de Charles, un personnage du roman Le Choix du Roi

Eh oui, Charles ou Charlemagne, ou encore Carolus Magnus, le père d’Amaudra et de Pépin, clôture ici mon triptyque de personnages en tribut au Choix du Roi. Un mélange de froideur et de douceur, de tristesse et de complicité que rencontre une éventuelle culpabilité dans ses traits à la fois jeunes par ses ambitions et déjà vieillis par les soucis. Un côté énigmatique sans le déparer de sa stature – où le dynamisme orangé (symbolisant ses conquêtes) côtoie le calme d’une froideur bleutée (imageant la rationalité).

Par certains aspects, même après avoir terminé la lecture, j’en veux encore à ce Charles : il m’était donc difficile de le rendre purement sympathique et le teint presque cireux est certainement la traduction colorée de ce sentiment mitigé. Il regarde légèrement vers le passé, car lors de cette rencontre, ces enfants figurent un présent manifeste à chaque seconde – Amaudra comme Pépin sont d’ailleurs représentés de face dans mes précédentes illustrations.

¹ en illustration, mais pas en BD où finalement je dessine autant de personnages d’âges murs que jeunes.

*Pour l’anecdote, Solène Bauché est une auteure Nantaise et Vannetaise : n’hésitez pas à vous rendre sur sa page Facebook Solène Bauché Romancière, ou découvrir un extrait de son roman Le Choix du Roi sur Librinova !

Bon dimanche à tous !

Ou laissez-moi un commentaire