Mandala végétal : inspiration florale… Et muguet de mai !

Mandala de muguet

Cette nouvelle série de mandala se veut plus figurative que la première série. Elle est plus proche des mandala d’insectes de ce point de vue ! Le mois de mai apporte aussi le thème du muguet, que j’ai ajouté à cette galerie de mandala de mai :

Le dernier mandala de la galerie ci-dessus a servi pour la carte de vœux 2024.Je m’y réfère aussi dans la transformation d’une rosace en mandala, pour un vitrail de bonsaï.

Des styles différents que ce soit dans l’épaisseur du tracé et même les symétries utilisées : centrale puis axiale en 6 et 8 branches. Et oui, c’est un sujet bateau que de s’inspirer du floral et du végétal pour exécuter ou inventer un motif répétitif comme dans le mandala ! Puisque dans les corolles de fleurs et dans de nombreuses plantes, il est facile d’y voir l’agencement géométrique des pétales ou la symétrie centrale des feuilles :

Rosace en trèfle MD studio – réglages personnels – photo MDstudio

Photographie personnelle publiée sur MD studio, mon site de photo dans Rosace en trèfle le mois dernier. La corolle du trèfle, comme d’autres fleurs, offre une belle symétrie centrale ; sa forme géométrique a probablement inspiré les rosaces architecturales !

Donc je ne m’étendrai pas trop sur le sujet. D’autant qu’en ce qui me concerne, la corolle de fleur est loin d’être ma seule source d’inspiration – le végétal et l’animal se côtoie parfois dans les formes :

Ce qui amène à deux step-by-step !

Etape-par-étape du mandala à mi-chemin entre la fleur et le paon :

Et un autre qui se pare de couleurs complémentaires avec particules :


Articles liés au tracé de mandala sur Yrial in Sight :

Cet article, Mandala floral ou végétal : inspiration clôture l’exercice sur le dessin géométrique. Peut-être en utiliserai-je à l’avenir – je joue actuellement une Simette indienne et je pensais à une illustration d’elle et de son animal entourés d’un mandala, justement. Il est également possible que j’utilise un mandala à base d’étoiles des neiges, que je n’ai pas publié dans la série et qui serait d’actualité en fin d’année ^o^ D’ici-là, bonne gribouille et profitez du beau temps retrouvé si vous en avez !

Ou laissez-moi un commentaire

Mandala d’insectes

mandala et abeille – même si on dirait aussi… une mouche !

Suite à Mandala que voilà, c’est parti pour une galerie sur les mandalas mettant des insectes à l’honneur : scarabée, coccinelle, papillon, guêpe et abeille :

Il m’arrive d’ajouter de la couleur ; le jaune ocre d’or est vraiment plaisant mais quelques nuances de gris-bleu permettent de donner un peu de profondeur.

La présence d’insectes au centre de l’illustration perturbe l’équilibre du mandala tout dynamisant la composition. J’ai parfois d’esquissé des variantes incluant même des salissures : ces projections m’évoquent le pollen, ou d’autres particules ; elles apportent un peu de mouvement et de chaleur au dessin. Exemples « avec et sans projections / particules » sur le dessin mandala de guêpe :

Faites bouger la réglette pour comparer les deux images.

Le mandala ornemental autour de la guêpe semble s’effeuiller – une mise en scène que j’avais précédemment expérimentée dans une carte de vœux Sparkly New Year.

Ces mandalas ont une particularité : dessiner des insectes insérés dans un décor qui ne les étouffent pas. Exemple avec ce tracé en deux étapes : les papillons dessinés en symétrie à gauche, puis ornés d’enluminures à droite :

Mandala de papillon : comparaison de l’illustration avec et sans ornements ; faites glisser la réglette.

Pour terminer ce partage dominical, je conclus avec quelques recherches sur le mandala abeille :


Articles liés au tracé de mandala sur Yrial in Sight :


Je vous souhaite de rencontrer plein d’insectes – enfin ce qu’il en reste – lors de vos promenades ! Un hôtel à insecte est également le bienvenu pour celles et ceux qui disposent d’espace, même un espace communautaire.

pollinisateurs sur une fleur : photographie de l’article de pollen ou de graine garni un jardin épanoui qui constitue une série photographique sur le thème du potager de quartier

Ou laissez-moi un commentaire

Mandala que voilà !

Le mandala est un dessin éphémère, une pratique relaxante et méditative. Du moins de ce que j’ai lu ! A la base, je travaillais sur un projet de rosace*1 et la manipulation de Photoshop*2 m’a donné des idées pour gribouiller quotidiennement, même juste quinze minutes, sans prise de tête.

Donc. Juste pour cadrer le sujet : il ne s’agit pas tant de mandala que de dessin automatique et symétrique – à raison d’un par jour durant l’automne dernier. Du peu que je connais de la pratique, il m’a semblé qu’elle avait des points communs en termes de lâcher-prise aussi je conserve ce terme pour le titre !

Dans ce que je retire de cet exercice, la technique de crayonné ressemble à l’écriture automatique ou à un échauffement avant de se lancer : on laisse aller le sable – la brosse que j’ai choisie a un côté émietté comme du sable ou de la poussière. Une référence au caractère éphémère du mandala. Ceci dit, en parallèle du laisser-aller, j’ai aussi consulté des sources d’inspiration, comme les piliers de style corinthien, ionique et dorique, certains motifs égyptiens, indiens et gothiques ; des plumes de paons, les courbes de plantes dans la vie réelle, etc. Histoire de varier les formes !

Et plus occasionnellement, j’ai mixé la symétrie axiale & centrale à la symétrie dite « en spirale » comme sur le cœur du mandala ci-dessous :

Mandala numérique, symétrie à 6 branches droites et en spirale utilisé dans le bonsaï en rosace publié en janvier.

C’est parti pour une compilation ! Cliquez pour agrandir les visuels. Dans ce premier article, j’ai utilisé une symétrie à 5 angles et à 6 angles :

Anecdote : j’avais préparé des fichiers webP mais le serveur qui héberge mon WordPress n’autorise toujours pas l’upload de cette extension ! Il lui manque sans doute une des librairies nécessaires. Et c’est en dehors de mon champ d’action.


*1Référence citée : Comment une rosace devient un mandala ? publié en janvier – février 2024.

*2Figure géométrique réalisée en peinture numérique avec l’outil de symétrie inclus dans Adobe Photoshop. Dessin réalisé « à la main » sans IA mais ici clairement assisté par l’algorithme ^__^ Soyons honnête !


Je pensais publier une illustration par jour dès le premier janvier, sur un RS au choix mais j’attendais que Meta et X se conforment à la mise à jour RGPD et DMA ^.~ Et aussi parce que je crains d’attirer un public moitié spiritualité / spiritisme – voire spiritueux. Je plaisante, c’est vaseux. Disons que ce type de dessin est exceptionnel chez moi donc autant éviter trop d’écart ailleurs.

Quant à Deviant Art, je ne voyais pas du tout l’intérêt de publier des mandala sur la plateforme. Donc pour le moment, l’intégrale sera publiée sur Yrial in Sight – comme les compilations d’Inktober que je regroupais certaines années.

Après ce mélange de formes, les thématiques des prochains mois se seront distinctes : mandala floral (fleuri), mandala insectes, mandala végétal !


EDIT 2024 – index des articles portant sur le mandala en particulier :


A suivre et d’ici-là, que diriez-vous de vous essayer ?

Ou laissez-moi un commentaire

Comment une rosace devient un mandala ?

Le thème portait sur un bonsaï qui s’épanouit et orne un vitrail de rosace. La rosace deviendra finalement un mandala ! Et le vitrail disparaît au profit du bonsaï.

Je suis partie d’un crayonné et d’une idée de scène à illustrer. La peinture finale est réalisée avec le logiciel Photoshop d’Adobe. Il s’agit donc, même à la tablette, d’un dessin réalisé à la main. Pour l’anecdote, j’avais hésité à solliciter une IA générative mais au final, j’étais suffisamment lancée sans copilote.

Première étape – ma gribouille initialement assortie d’un crayon mécanique et de mon carnet de croquis, ici scannée et superposée à du dessin numérique :

Dessin au crayon d’un arbre et dessin numérique d’une rosace puis superposition des deux

La rosace ! Après observation des photographies qui m’inspirent, j’ai esquissé rapidement une rosace. Toute simple. Juste pour voir comme insérer l’arbre. Sur la réalisation de la rosace, c’était un peu nouveau : ok, je me m’étais déjà servie du dessin en symétrie pour certaines études d’après nature* mais je n’avais encore jamais essayé de symétrie axiale multiple. Ici je me suis amusée avec les symétries centrale, axiale et mandala de Photoshop. Puis j’ai grossièrement superposé la rosace et l’arbre ; ensuite placé le tout sur un plan en perspective* :

Insertion de deux dessins sur un plan en perspective dans Photoshop
Effet de perspective appliqué à l’arbre, derrière la rosace / le vitrail

Ce qui m’a alors déplu par rapport à ce que j’avais en tête, c’est la déformation inhérente à l’arbre sur le plan en perspective. Je suis revenue plusieurs fois sur le sujet et ai décidé de ne garder que l’arbre comme sujet principal. La géométrie de la rosace est alors passée à la trappe, au profit d’un dessin certes toujours géométrique mais plus fantaisiste. Le mandala !

Évolution du bonsaï avec le mandala en fond de l’illustration pour la carte de vœux

Le mandala sera d’ailleurs le thème des prochains mois sur Yrial in Sight ! A la base c’était surtout un exercice en mode dessin automatique. Progressivement, des séries thématiques se sont constituées d’elles-mêmes et j’ai choisi de vous les partager sur ce blog.


Aparté et sources citées :

*Dans Charadesign : morphologies & proportions du corps humain je révisais les proportions du corps humain à partir des différents « canons » esthétiques, homme et femme où pour l’exercice, je dessinais avec une symétrie axiale.

*La perspective : contrairement à d’autres travaux, j’ai ici utilisé l’outil « point de fuite » de Photoshop sans réaliser tout le crayonné. L’utilisation de cet outil ne dispense pas d’avoir des connaissances pratiques sur le sujet. Exemple concret avec ce mix d’architecture médiévale franco-japonaise, réalisé en traçant les lignes de perspective et les points de fuite :

Croquis en perspective du Château des Ducs à Nantes, avec ajout imaginaire d’étages Japonais médiévaux

Étude réalisée sur demande pour la Wazabi Tournament : tournoi, décor, architecture médiévale :


Cet article porte sur les étapes principales sur la carte de vœux 2023-2024 : rosace et mandala, bonsaï et vitrail. Il est lié à cette illustration :


EDIT 2024 – index des articles portant sur le mandala en particulier :


Ou laissez-moi un commentaire