INKtober #04 : underwater

Définition de underwater

  • Adj > sous-marin
  • Adv > sous l’eau
inktober2017 | emménagement coquillage
inktober2017 | emménagement coquillage T2, quartier des anémones

Coquillage spacieux, quartier tranquille et bien desservi par les courants, vue sur la baie…

Fiction où deux Bernard l’Hermite emménageraient ensemble !

> voir tous mes encrages pour INKtober <

 

INKtober #03 : poison

Définition de poison

  • Nom > boisson préférée / breuvage “came”, venin, poison, mal, se détester (expression)
  • Adj > vénéneux, toxique, empoisonnée <=> champignon, air / pollution / eau, animal…
  • Verbe > empoisonner, envenimer, gâcher
  • se monter la tête, rendre l’atmosphère insupportable, corrompre qqn
  • Rien de précisé <=> adjectif ou nom ou adverbe
inktober2017 | mortelle fragrance
inktober2017 | mortelle fragrance, poison passion

Un mix entre le bon cliché de la bouteille de poison, un parfum et un narguilé. A trop attendre sa moitié, la mouche esseulée s’est de trop enivrée ^^

> voir tous mes encrages pour INKtober <

INKtober #02 : divided

Définition de divided

  • Diviser (territoire), partager, répartir > couper le gâteau, se répartir le travail, partager son temps
  • Séparer : séparer qqch de qqch > le mur de Berlin séparait l’Est de l’Ouest
  • Math : diviser > 2 divisé par 10
  • Diviser une famille
  • Politique : to divide the House = faire voter la Chambre

Ici adjectif participé passé « divisé », « séparé » <=> résultat accompli, visible

inktober2017 | coccinelles sur brins d'herbes, séparées par le vide
inktober2017 | coccinelles sur brins d’herbes, séparées par le vide

> voir tous mes encrages pour INKtober <

INKtober #01 : swift

Définition de swift

  • Rapide> « boire un coup en vitesse »
  • Prompt > « prompt à réagir, réponse rapide, avoir la critique facile, ne pas tarder à …, être susceptible »
  • Ornithologie > martinet

Rien de précisé <=> adjectif ou oiseau, ou les deux !

inktober2017 | martinets en vol, emportant des brins pour faire le nid

> voir tous mes encrages pour INKtober <

Dessin encré, phare serti d’écume

2ème dérouillage avant inktober !

On change de cadre, dans les deux sens du terme :

Dessin à l'encre, phare serti d'écume
Dessin à l’encre, phare serti d’écume | Faber Castel 175 | 12x19cm

… Je crois qu’il y a collision nuageuse XD
Et la vague est timide sur les rochers. En revanche j’ai trouvé amusant de rendre les nuages un chouilla « molletonnés » ^-^

Je me sens plus à l’aise sur les hachures que sur les pleins – cf. dérouillage 1, ciels & toitures – c’est sûr. Je profite aussi du genre « carte postale » pour renouer avec mes cadres un peu dissymétriques. A une époque j’en dessinais souvent pour mes illustrations féminines.

Demain, jour 1 pour INKtober !

Encre d’octobre, bilan de novembre

Un mois de gribouilles encrées, défi inktober relevé ! Mais ai-je vraiment progressé en quelque chose ? Il y a eu des retrouvailles en tout cas !

J’utilise assez peu mon carnet pour y croquer, j’y note surtout des idées, assorties parfois d’un vague croquis illisible… ^^ Et je n’utilisais clairement plus mes stylos ! L’exercice m’a forcée à sérieusement m’y remettre.

 

Retrouvailles hachurées

A la base j’étais partie sur du feutre – feutre à encre de chine – pour retrouver un peu plus de dégradés que le simple binôme noir (encre) et blanc (papier). J’ai progressivement délaissé et les feutres et le mélange gris + noir + ocre pour ne garder qu’un simple stylo…

news-2016-11-15-inktober-bilan-vue01-plens-vs-hachures
A gauche, dessins du début en pleins | à droite, dessin vers la fin d’Inktober en hachures

Et c’est là que j’ai retrouvé les hachures ! De près, je continue de trouver que c’est peu esthétique, mais ça rajoute du mouvement – et dès qu’on s’éloigne un peu, les nuances intermédiaires apparaissent.

La « hantise de la tâche »

Car j’ai joué le jeu du « pas de retouche » ! Au mieux, je rajoutais de l’ombre pour masquer une mauvaise courbe (comme sur les dessin ci-après ^^)…

news-2016-11-15-inktober-bilan-vue02-hantise-corrections-traits
Plus facile de chercher une courbe dans un rough (à droite) que dans un clean (à gauche) !

Du coup ça m’obligeait vraiment à « être organisée » et visualiser mentalement ce que je voulais faire – fini le barbouillage allègre en numérique où je peux changer X fois un morceau de forme, travailler le dessin retourné, déplacer des éléments, etc. La peur du mauvais trait était souvent au rendez-vous. J’ai réussi à passer au-dessus en acceptant de me planter, tout simplement. Mais je n’étais pas fière du résultat pour autant >.<

La confiance – encre directe ou crayonné ?

Je manque clairement de pratique traditionnelle – il m’est donc quelques fois arrivée de crayonner d’abord et d’encrer après – comme pour le vaisseau de l’Empire. Tout dépendait du sujet et de l’humeur du moment !

A gauche, crayonné avant encrage | à droite, encrage direct
A gauche, crayonné avant encrage | à droite, encrage direct

Bien qu’en regardant l’ensemble des planches, la majorité du temps j’y suis allée franco à l’encre et en prenant mon temps – en direct et en douceur. Je crois que c’est vraiment l’aspect important dans cette pratique à l’encre.

 

J’ai l’impression qu’au fur et à mesure, les croquis se sont étoffés et que j’ai tenté plus de trucs. Les ombres sont devenues plus affirmées aussi. Le traditionnel reste exigeant et demande de cultiver l’assurance… Tout autant que le lâcher-prise !

________________________

Dessins en grand réalisés durant Inktober :
Semaine 00 : les tests, Semaine 01, Semaine 02, Semaine 03, Semaine 04 et Semaine 05

1er mai, muguet et coccinelle

Trames numériques toujours et une pincée de couleur pour ce 1er mai !

news-2016-05-01-premier-mai-trame-numerique-muguet-coccinelle

Brin de muguet, clochettes et coccinelle, trames numériques

Pour les feuilles du muguet et les clochettes, j’en ai profité pour expérimenter la création de trames… Personnelles, avec une linéature précise cette fois. Bien, c’est rudement pratique ! Les trames conçues de cette façon-là se superposent sans problème. Or à force de brasser différentes sources, on finit par rencontrer quelques complications pour la pose des ombres.

news-2016-05-01-premier-mai-trame-numerique-zoom

Zoom sur ces trames à petits points (sources externes) : différence entre la trame des feuilles, des clochettes et du fond. Les ombres sur les feuilles m’ont finalement amenée à créer des trames identiques pour poser les valeurs.

Alors j’en profite pour faire un peu de pub au fanzine No-Xice ; c’est sur ce tutoriel-ci que je me suis basée : fabriquer ses trames numériques.

Amateur de trames, faites-y un petit tour, ça vaut vraiment le coup. Ne serait-ce que pour tramer vos décors en 2/2 ^o^

Plume G et encrage net – part.2

Ou le plaisir de retrouver un noir à pointe fine :

news-2016-04-23-plume-g-numerique-plein-de-noirs

Le plein de noir et mille reflets ! Sujet : « tresses chinoises ».

news-2016-04-23-plume-g-numerique-noir-fin

Un traitement plus léger pour des mèches envolées – sujet : « trames d’hiver ».

Une brosse par défaut fournie par Manga Studio ; toujours des bugs en utilisant ce logiciel, malheureusement, mais il faut reconnaître qu’il est prêt à l’emploi pour ce genre d’exercice !

Faire ce genre de choses me ramène des années en arrière ^^

Plume G et encrage net – part.1

Suite à quelques expérimentations d’encrage traditionnel et numérique

… Projets de bannières pour les tutoriels !

news-2016-04-20-tuto-ban-05-pose-trames-numeriques

Bannière du tuto #05 sur la pose de trames numériques proprement dites.

news-2016-04-20-tuto-ban-06-trames-tissus

Bannière du tuto #06 sur la pose de textiles en trames numériques, avec un petit apparté sur la peau.

Encrage numérique : une ligne chasse l’autre

Ce post est lié à un test de cintiq en novembre dernier. Encore merci Evhell pour cette découverte ! L’article a été inspiré des « différences de sensation » entre cintiq et tablette « ordinaire », et des échanges avec SuzieSuzy sur sa propre cintiq.

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel00-encrage-traditionnel-line-digital

A gauche un line numérique sur une Giana à trois doigts ; à droite, un encrage traditionnel

A la base, je voulais simplement partager une découverte sur l’encrage numérique. Il m’a semblé plus clair d’expliquer comment j’y suis arrivée que de me contenter d’une démonstration de l’outil. C’est parti !

1. Trousse à outils logicielle

Quand j’ai commencé à « dessiner » en numérique… J’utilisais Paint et la courbe de Bézier !

Et oui… Sans tablette, à la souris, on fait ce qu’on peut. Paint a bien évolué. Et depuis que j’ai vu une Joconde réalisée sous Paint, je ne jure de rien.

Rapidement on m’a fait découvrir Paint BBS – une appli web beaucoup plus sympa que Paint – puis Photoshop. La séduction n’était pas au rdv et pendant longtemps, Photoshop ne m’a servi qu’au graphisme, pas au dessin – j’utilisais alors principalement Open Canvas, dont les pinceaux et brosses par défaut convenaient parfaitement – tant qu’on reste en RVB :

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel02-souvenirs-open-canvas-line-numerique

Crayonné et line numérique | Open Canvas | carte de vœux 2011.

Je n’ai adopté Photoshop que tardivement, lorsque j’ai compris comment confectionner proprement ses brushes. Voilà pour l’outil logiciel ! Tout ça pour dire que le support n’a pas forcément d’importance, c’est plus une question de se sentir à l’aise, d’apprivoiser la bébête.

2. Trousse à outils matérielle

Lorsque j’ai pu m’offrir ma première tablette, une d’occasion dans le magasin qui m’avait formée à la retouche photo, la question s’est posée : sur une tablette A6, avec un écran de portable, comment arriver à un trait aussi souple, décidé et naturel qu’à la main ? Il n’y en a pas vraiment.

Et comment encrer en numérique alors ? Un trait chasse l’autre.

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel03-encrage-line-numerique

Encrage du sourcil : une succession de petits traits.

Quid des grands traits, dans ce cas ? Même en changeant de format de tablette il y a quelques années, je n’ai pas retrouvé l’énergie du gribouillis qui dévore la feuille pour autant. En y allant « directement », je me retrouve à tracer un trait plusieurs fois – et l’effacer plusieurs fois… >.<

Sauf avec du vectoriel, bien que je ne sois pas fan du dessin avec Illustrator ou Inkscape. C’est là que le compromis made in CSP* arrive !

Exemple à la plume G, version traditionnelle et version numérique :

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel05-encrage-plume-G-traditionnel-vs-dynamique-manga-studio

A gauche, un test à l’encre de sienne de 2011 | à droite, un premier essai pour la carte de vœux 2015.

3. Un tracé vraiment adapté au manga !

Manga Studio a mis au point un dessin « semi-vectoriel** » qui permet, justement, de « faire des grands traits » et de pouvoir les corriger simplement ensuite. On créé un calque vectoriel (calque avec symbole d’un cube) ; on encre avec l’outil qu’on veut pour le crayon / pen [P] ; puis on corrige avec l’outil « correct line » [Y].

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel04-encrage-dynamique-manga-studio

Aperçu d’un encrage en cours réalisé avec Manga Studio.

Dézoom du précédent encrage numérique, plume G sur calque vectoriel :

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel05-encrage-dynamique-manga-studio-full-view

Les deux petites bouilles chibi du post sur les personnages et l’exercice de style.

SuzieSuzy est une grande fan de cette méthode-ci ; elle le gère super bien !

C’est d’ailleurs elle qui m’a fait découvrir le logiciel et ses possibilités, fin 2014. Même si j’ai commencé par autre chose, à savoir par bidouiller des gabarits 3D ici et , j’apprivoise tranquillement l’encrage « vectoriel » de Manga Studio.

En conclusion : alors que je n’encre plus depuis quelques temps déjà…

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel06-illustration-dessin-sans-encrage

A gauche, illustration du cheval de bois | à droite, illustration des combattantes.

…Ce test me redonnerait presque l’envie d’en refaire !

************************************************

*CSP = Clip Studio Paint. Similaire à Manga Studio.

Je crois d’ailleurs que l’éditeur My Smith Micro fusionne les deux produits bientôt.

**Je dis « semi-vectoriel » car, contrairement à Illustrator par exemple, on n’a pas à se soucier de bien tirer les tangentes. Les avantages du vecto sans les inconvénients. Pour le dessin en tout cas. Reste à savoir si l’agrandissement se fait sans pixellisation et pour le moment, je ne me vois pas construire un logo avec.