Mandala végétal : inspiration florale… Et muguet de mai !

Mandala de muguet

Cette nouvelle série de mandala se veut plus figurative que la première série. Elle est plus proche des mandala d’insectes de ce point de vue ! Le mois de mai apporte aussi le thème du muguet, que j’ai ajouté à cette galerie de mandala de mai :

Le dernier mandala de la galerie ci-dessus a servi pour la carte de vœux 2024.Je m’y réfère aussi dans la transformation d’une rosace en mandala, pour un vitrail de bonsaï.

Des styles différents que ce soit dans l’épaisseur du tracé et même les symétries utilisées : centrale puis axiale en 6 et 8 branches. Et oui, c’est un sujet bateau que de s’inspirer du floral et du végétal pour exécuter ou inventer un motif répétitif comme dans le mandala ! Puisque dans les corolles de fleurs et dans de nombreuses plantes, il est facile d’y voir l’agencement géométrique des pétales ou la symétrie centrale des feuilles :

Rosace en trèfle MD studio – réglages personnels – photo MDstudio

Photographie personnelle publiée sur MD studio, mon site de photo dans Rosace en trèfle le mois dernier. La corolle du trèfle, comme d’autres fleurs, offre une belle symétrie centrale ; sa forme géométrique a probablement inspiré les rosaces architecturales !

Donc je ne m’étendrai pas trop sur le sujet. D’autant qu’en ce qui me concerne, la corolle de fleur est loin d’être ma seule source d’inspiration – le végétal et l’animal se côtoie parfois dans les formes :

Ce qui amène à deux step-by-step !

Etape-par-étape du mandala à mi-chemin entre la fleur et le paon :

Et un autre qui se pare de couleurs complémentaires avec particules :


Articles liés au tracé de mandala sur Yrial in Sight :

Cet article, Mandala floral ou végétal : inspiration clôture l’exercice sur le dessin géométrique. Peut-être en utiliserai-je à l’avenir – je joue actuellement une Simette indienne et je pensais à une illustration d’elle et de son animal entourés d’un mandala, justement. Il est également possible que j’utilise un mandala à base d’étoiles des neiges, que je n’ai pas publié dans la série et qui serait d’actualité en fin d’année ^o^ D’ici-là, bonne gribouille et profitez du beau temps retrouvé si vous en avez !

Ou laissez-moi un commentaire

Mandala d’insectes

mandala et abeille – même si on dirait aussi… une mouche !

Suite à Mandala que voilà, c’est parti pour une galerie sur les mandalas mettant des insectes à l’honneur : scarabée, coccinelle, papillon, guêpe et abeille :

Il m’arrive d’ajouter de la couleur ; le jaune ocre d’or est vraiment plaisant mais quelques nuances de gris-bleu permettent de donner un peu de profondeur.

La présence d’insectes au centre de l’illustration perturbe l’équilibre du mandala tout dynamisant la composition. J’ai parfois d’esquissé des variantes incluant même des salissures : ces projections m’évoquent le pollen, ou d’autres particules ; elles apportent un peu de mouvement et de chaleur au dessin. Exemples « avec et sans projections / particules » sur le dessin mandala de guêpe :

Faites bouger la réglette pour comparer les deux images.

Le mandala ornemental autour de la guêpe semble s’effeuiller – une mise en scène que j’avais précédemment expérimentée dans une carte de vœux Sparkly New Year.

Ces mandalas ont une particularité : dessiner des insectes insérés dans un décor qui ne les étouffent pas. Exemple avec ce tracé en deux étapes : les papillons dessinés en symétrie à gauche, puis ornés d’enluminures à droite :

Mandala de papillon : comparaison de l’illustration avec et sans ornements ; faites glisser la réglette.

Pour terminer ce partage dominical, je conclus avec quelques recherches sur le mandala abeille :


Articles liés au tracé de mandala sur Yrial in Sight :


Je vous souhaite de rencontrer plein d’insectes – enfin ce qu’il en reste – lors de vos promenades ! Un hôtel à insecte est également le bienvenu pour celles et ceux qui disposent d’espace, même un espace communautaire.

pollinisateurs sur une fleur : photographie de l’article de pollen ou de graine garni un jardin épanoui qui constitue une série photographique sur le thème du potager de quartier

Ou laissez-moi un commentaire

Mandala que voilà !

Le mandala est un dessin éphémère, une pratique relaxante et méditative. Du moins de ce que j’ai lu ! A la base, je travaillais sur un projet de rosace*1 et la manipulation de Photoshop*2 m’a donné des idées pour gribouiller quotidiennement, même juste quinze minutes, sans prise de tête.

Donc. Juste pour cadrer le sujet : il ne s’agit pas tant de mandala que de dessin automatique et symétrique – à raison d’un par jour durant l’automne dernier. Du peu que je connais de la pratique, il m’a semblé qu’elle avait des points communs en termes de lâcher-prise aussi je conserve ce terme pour le titre !

Dans ce que je retire de cet exercice, la technique de crayonné ressemble à l’écriture automatique ou à un échauffement avant de se lancer : on laisse aller le sable – la brosse que j’ai choisie a un côté émietté comme du sable ou de la poussière. Une référence au caractère éphémère du mandala. Ceci dit, en parallèle du laisser-aller, j’ai aussi consulté des sources d’inspiration, comme les piliers de style corinthien, ionique et dorique, certains motifs égyptiens, indiens et gothiques ; des plumes de paons, les courbes de plantes dans la vie réelle, etc. Histoire de varier les formes !

Et plus occasionnellement, j’ai mixé la symétrie axiale & centrale à la symétrie dite « en spirale » comme sur le cœur du mandala ci-dessous :

Mandala numérique, symétrie à 6 branches droites et en spirale utilisé dans le bonsaï en rosace publié en janvier.

C’est parti pour une compilation ! Cliquez pour agrandir les visuels. Dans ce premier article, j’ai utilisé une symétrie à 5 angles et à 6 angles :

Anecdote : j’avais préparé des fichiers webP mais le serveur qui héberge mon WordPress n’autorise toujours pas l’upload de cette extension ! Il lui manque sans doute une des librairies nécessaires. Et c’est en dehors de mon champ d’action.


*1Référence citée : Comment une rosace devient un mandala ? publié en janvier – février 2024.

*2Figure géométrique réalisée en peinture numérique avec l’outil de symétrie inclus dans Adobe Photoshop. Dessin réalisé « à la main » sans IA mais ici clairement assisté par l’algorithme ^__^ Soyons honnête !


Je pensais publier une illustration par jour dès le premier janvier, sur un RS au choix mais j’attendais que Meta et X se conforment à la mise à jour RGPD et DMA ^.~ Et aussi parce que je crains d’attirer un public moitié spiritualité / spiritisme – voire spiritueux. Je plaisante, c’est vaseux. Disons que ce type de dessin est exceptionnel chez moi donc autant éviter trop d’écart ailleurs.

Quant à Deviant Art, je ne voyais pas du tout l’intérêt de publier des mandala sur la plateforme. Donc pour le moment, l’intégrale sera publiée sur Yrial in Sight – comme les compilations d’Inktober que je regroupais certaines années.

Après ce mélange de formes, les thématiques des prochains mois se seront distinctes : mandala floral (fleuri), mandala insectes, mandala végétal !


EDIT 2024 – index des articles portant sur le mandala en particulier :


A suivre et d’ici-là, que diriez-vous de vous essayer ?

Ou laissez-moi un commentaire

Bonne Année 2024 : illustration de la carte de vœux

Meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui commence !

Bonne Année ! Bonsaï et mandala par Saisei sur Yrial in Sight
Bonne Année ! Illustration de bonsaï et mandala par Saisei sur Yrial in Sight
Happy New Year ! Bonsaï and mandala | Illustration by Saisei on Yrial in Sight
Happy New Year ! Bonsaï and mandala | Illustration by Saisei on Yrial in Sight

Illustration réalisée avec le logiciel Photoshop d’Adobe – une gribouille initialement assortie d’un crayon mécanique et de mon carnet de croquis ! Un dessin réalisé à la main – enfin avec un crayon puis un stylet de tablette graphique – si la précision intéresse. Et… J’en reparlerai dans la prochaine compilation de l’année « Mash-up des illustrations et builds 2023 » ^.~


Étapes pour la carte de vœux (edit 2024) :

Si le sujet du mandala pour intéresse, j’en dessine également dans ces articles (edit 2024) sur Yrial in Sight :

Ou laissez-moi un commentaire

Carte de Noël : vitraux, rosace et bonsaï !

Illustration d’une carte de Noël pour 2023 !

Pour le thème de cette carte de vœux, je m’inspire de vitraux et d’une rosace photographiée cet été ainsi que d’une esquisse d’un sharimiki dessinée à la même période. Une rosace ou des vitraux, vous savez déjà de quoi il retourne. Quant au « sharimiki » il s’agit d’un arbre miniature au tronc partiellement écorcé – c’est un style de « bonsaï » japonais :

Photographies et croquis de référence – projet d’illustration – Saisei sur Yrial in Sight

Donc comme promis dans Dessin au pastel blanc sur papier noir voici un arbre tortueux mais florissant ^__^ Presque en opposition complète avec la définition de shari (os laissés à la crémation) et miki (tronc). Bon. Côté dessin ! Concrètement, pour le traitement du tronc en termes de valeurs* je pense dissocier l’écorce normale plus sombre, de la partie dénudée plus claire :

Esquisse de bonsaï « sharimiki » en traditionnel et en numérique – Saisei sur Yrial in Sight

… Même si c’est susceptible de gêner la compréhension des volumes – cf. image ci-après.

Ce bonsaï sera ensuite inséré en perspective dans la rosace. Bien que mon projet de carte de vœux soit pour le moment au stade de, hum… Peinture inachevée, juste à l’état de grisaille :

Grisaille ou composition en niveaux de gris – rosace, vitraux et bonsaï – Saisei sur Yrial in Sight

J’aime toujours autant chercher la lumière, imaginer différentes sources. Que ce soit en 3D avec Bryce ou en 2D avec Photoshop, le lighting* reste une de mes étapes favorites !


Bien que je n’aurai pas le temps de terminer ce dessin, je vous souhaite de joyeux fêtes de fin d’année. À commencer à par un bon réveillon de la Saint Sylvestre. Bonnes vacances si vous en avez !


*Valeurs. Nuances pour un objet ou un plan, de manière à ce qu’il se détache du reste, même avec ses propres ombres et lumières. J’en parle souvent sur ce blog.

*Mise en lumière. Par exemple, je fais tourner un spot autour de mon sujet comme dans cette précédente Étude de la lumière pour de précédentes scènes :

Sources pour les valeurs et la mise en lumière :

Étapes pour la carte de vœux (edit 2024) :


À vous de faire tourner les spots, les boules ou les têtes ! Amusez-vous bien !!!

Ou laissez-moi un commentaire

Dessin au pastel blanc sur papier noir

Dans la série « Technique et matériel : j’ai testé ! » aujourd’hui on parle de dessin au crayon. Plus particulièrement : de croquis et d’esquisses au pastel blanc sur papier noir. Le sujet ? Le bonsaï, un arbre miniature japonais !

En mai dernier, j’ai inauguré un nouveau carnet de croquis au thème de Maulévrier. Le Parc Oriental de Maulévrier m’a toujours inspirée. C’était l’occasion de s’offrir un nouveau carnet vierge – auquel j’ajoute, comme à l’accoutumée, aussi bien des notes textuelles que des esquisses et des croquis. De rapides dessins au crayon gris, au crayon bic, à l’aquarelle et… Au pastel blanc, sur papier noir :


Le carnet est blanc donc lorsque j’ajoute du papier noir, je dois le découper et le coller dans le carnet. Or le format du carnet, comme je le soulignais cet été dans une aquarelle de bonsaï en semi-cascade, s’apparente plutôt à celui d’une marine* ! C’est-à-dire un format très allongé qui ne coincide pas forcément avec mon sujet arboré.

Ici les dessins de Nejikan et de Sabamiki correspondent au format du carnet tandis que les deux autres bonsaïs sont eux réalisés au format original A5* :

Cliquez sur les images pour les agrandir !

*Format A5 : 148x210mm | Format du carnet Maulévrier : 196x126mm | Format Marine : 180x100mm, 73x50cm, etc.


Concernant le type de crayons pastels, j’ai essayé un Royal Pencil offert par Suzie Suzy puis un Pitt Pastel de Faber-Castell que j’avais déjà acheté pour une obscure autre raison* !

Gros plan sur la mine de crayon pastel et le type de tracé blanc sur papier noir

*une obscure – enfin claire finalement ^.~- raison : mes tests de dessin sur papier gris, où j’ajoutais du noir et du blanc.


Matériel pour ce test de dessin blanc sur papier noir :

  • Papier noir « Carb’ON » teinté dans la masse, de CANSON : ce petit format A5 se prête bien à l’exercice et la densité 120g/m2 est vraiment sympa, ni trop épais ni trop fin ;
  • Crayon pastel de Royal Pastel Pencil : mine sèche qui casse facilement mais fait le job pour démarrer ;
  • Crayon pastel de Pitt Pastel, ••• medium de Faber-Castell : mine grasse, généreuse, s’use plus vite que l’autre marque, mais procure un résultat plus intense !

Dessins et esquisses de bonsaïs issus de mon carnet de croquis sur la végétalisation au balcon dont je parlais précédemment sur MD studio ! Pour une fois, j’essaie de tenir un carnet dédié à une thématique, une seule. Ce carnet de dessin est donc voué à se remplir plus lentement. Affaire à suivre. Et d’ici-là…

…Le thème de l’arbre tortueux mais florissant sera également à l’honneur dans la prochaine carte de vœux 2023-2024.

Ou laissez-moi un commentaire

Influencer le climat en jeu vidéo ?

Puisque ces dernières années, la presse généraliste se décide à parler du dérèglement climatique, voyons un peu ce que propose, dans un autre domaine, les développeurs de jeux vidéo. Car oui, ces créateurs sont influencés par les préoccupations de leur époque ! Et le jeu reste une bonne façon de transmettre, faire réfléchir autant que de divertir.


Si j’évoquais ce sujet dans l’illustration de bonne année 2023 – où j’avais insidieusement teinté l’eau de couleurs étranges, parfois inspirées de ce que j’observe au bassin de l’Erdre – je ne nourris pas la prétention de partager une liste exhaustive ici. Je reste concentrée sur les jeux auxquels j’ai joué ou que j’ai vu joués par mon entourage.

… Donc !

1. Jeux vidéo où le joueur dispose de gameplay pour orienter le changement climatique :

Grande rejouabilité – ces deux jeux peuvent se rejouer autant de fois souhaitées. Vos choix rendent vos partie uniques même si certaines mécaniques sont à privilégier. Et vous avez une influence sur le climat, positive comme négative, selon l’objectif que vous vous êtes fixés en termes de réussites.

Civilisation VI de Firaxis Games, porte sur le développement conjoint de votre territoire avec celui de vos voisins : dès que vous entrez dans l’ère de l’industrialisation avec rejets de gaz à effet de serre, les océans se dilatent, le niveau de l’eau monte… Pour tout le monde ! Autrement dit : le territoire des différents peuplent diminuent en l’absence de barrières anti-inondations (ou de polders pour la civilisation hollandaise). Et une fois que c’est fait, pas de retour en arrière possible, même à l’ère de l’information. La seule réaction possible est de faire amende honorable en s’engageant dans la voie de la décarbonation de son énergie. J’ignore si le réalisme pousse au point de faire fondre les calottes glaciaires et de noter le dégazage des océans en dioxyde de carbone, ou même, en termes de migrations climatiques et de concentration de population. 

Plus optimiste, Écologie de Maxis offre invariablement une note d’espoir car vos actions influencent réellement sur les changements observables dans la ville portuaire d’Evergreen Harbor. Vos choix en tant que joueur portent sur la qualité de l’air, la végétation alentour et le résultat se voit bien dans la ville industrielle progressivement revalorisée, végétalisée et colorée. À tout moment, vous pouvez améliorer ou détériorer l’environnement – ce à quoi vos personnages réagissent de manière autonome. Les non-choix aboutissement eux aussi invariablement à un choix puisque le reste de la communauté continue de voter*, que vous y participiez ou non. Ce que j’apprécie beaucoup, c’est que ces orientations se font collectivement : il faut convaincre les autres habitants et souvent le vote de votre foyer entre en tension avec celui des autres. Le résultat en vaut la peine, la ville et sa forêt s’animent sensiblement ! Certes Écologie se concentre sur la carte d’Evergreen Harbor – ce pack ne s’attaque pas directement au changement global de toutes les maps bien qu’il fournisse un gameplay adaptable et jouable sur tous les mondes du jeu.

Dans Saisons de Maxis, vos choix portent sur la météo* et influencent les précipitations comme l’ensoleillement, les températures excessivement chaudes ou froides, les intempéries types orages ou tempêtes de neige. Pour toutes les maps dont vous disposez. L’effet est surtout observable sur les cultures (plantes et arbustes), sur les comportements des PJ et PNJ ainsi que sur leur décès.

Dans ces deux extensions, Écologie comme Saisons, la caractéristique principale des Sims réside dans le maintien de jauges de besoins, la relation aux autres et les ressources financières. C’est vous qui décidez à quel moment la partie se termine, puisqu’il s’agit d’un jeu de simulation de vie.

*Cet élément de gameplay est paramétrable, vous pouvez le désactiver.

2. Jeux vidéo où le joueur n’influe pas sur le climat mais où a minima, il doit s’y adapter pour survivre :

Ces deux licences sont des jeux de gestion dans un monde postapocalyptique et où vos choix influencent le déroulement de la partie comme sa finalité. Nous n’avez aucune influence sur le dérèglement climatique, vous devez vous y adapter.

The Wandering Village demande une organisation collective – et dans l’idéal bienveillante – pour collaborer avec la créature qui porte voire supporte votre village sur son dos. Un village que vous démarrez de zéro et d’abord un lieu d’accueil aux survivants que vous croisez en chemin, si vous décidez de le secourir. Selon les environnements traversés par la créature Onbu, les ressources varient et peuvent se tarir : en parallèles de spores toxiques, les différents climats traversés sont parfois propices parfois délétères. En tant que joueur, vous tâchez d’anticiper ces aléas, gérez les habitants en groupe comme en individuel… Mais pas la créature directement – un gestionnaire de ses besoins vous aide à la maintenir en santé et vous permet d’instaurer la confiance avec elle. Ensuite émerge une collaboration profitable entre les habitants et Onbu. Car oui, le bien-être d’Onbu et les interactions avec elle influencent la disponibilité des ressources comme le bien-être des habitants. Onbu est-elle une métaphore de la Nature ?

Frost Punk est un jeu de gestion orienté survie dans un milieu particulièrement hostile, entre choix moraux et choix de ressources, aussi bien matérielles qu’humaines, pour subvenir au besoin de votre groupe de survivants. Et dans la mesure du possible, développer une nouvelle cité adaptée à la période glaciaire. La notion de société est déjà établie puisque les PNJ viennent de la ville mais l’adaptation au changement requiert des choix politiques particulièrement âpres. Bien que vous ne contrôliez que le leader du groupe, vous prenez en compte deux jauges pour votre population : espoir et… Mécontentement – qui selon le niveau atteint, aboutissent à un game over. Plusieurs scénarii s’ajoutent au jeu de base et viennent étayer vos décisions, qu’il s’agissent de production minière ou de sauvetage de survivants, d’amélioration de chaleur pour les logements ou le sacrifice de travailleurs. Assez sombre psychologiquement.

3. Jeux vidéo à thématique sous-jacente – Délivrer la nature du mal (de la pollution) :

Contrairement aux autres licences citées, ces deux derniers jeux sont de type action – aventure en solitaire et vos choix n’influencent pas le déroulement de la partie. Ils ont peut-être mal vieilli mais ont l’avantage de l’optimisme, avec un résultat visuel et sonore merveilleux après chaque « nettoyage de pollution ».


Merci à Guigw, Kômori et Cheloux pour leur aide sur les différents gameplays !

Quelques sources en complément, avec des articles :
• Expliquant la pollution engendrée par le cloud gaming sur ConsoFutur;
• Citant des jeux susceptibles de sensibiliser aux changements climatiques sur Pixel Le Monde et sur Geekologie / Daily Geek Show ;
EDIT Mars 2023 : article très récent cette fois sur la même thématique : De « SimCity » à « Terra Nil », les jeux vidéo questionnent notre rapport à l’écologie que je trouve très bien !

En l’occurrence, sur cette thématique, on ressent surtout l’inquiétude des créateurs de jeux vidéo. Normal, ce sont des êtres humains. Après le jeu, place à la vraie vie ?

Justement ce mois-ci, en avril, se tient la journée de la Terre. Il y a quelques années, j’avais réalisé un speed paint pour cette illustration « Earth Day Journée de la Terre » une illustration où les palmiers avaient disparus au profit d’éoliennes – et un speed paint d’ailleurs diffusé en convention la même année. À défaut d’améliorer concrètement et globalement notre environnement, cette journée a le mérite d’attirer l’attention sur ce qui se passe. Pour le reste, au quotidien, c’est au niveau individuel et au niveau de plus petites communautés. Mais je doute parfois de son utilité, comme dans cette simple illustration de l’année précédente.

Ou laissez-moi un commentaire

Illustration de bonne année

Dessin pour la nouvelle année, accompagné de mes meilleurs vœux pour 2023.

Suite de l’illustration enneigée pour les fêtes de fin d’année, voici l’ondée qui marque les fêtes de début d’année ! La carte enneigée 2022 à la Saint Sylvestre devient une carte où le cristal roche pourrait s’apparenter à un iceberg émergé : la glace et la neige ont fondu, place à la pluie et à l’eau liquide !

Bonne Année ! Carte de vœux illustrée par Saisei
Carte de vœux « Bonne année » pour janvier 2023

J’ai volontairement haussé l’horizon avec la vague mousseuse en arrière-plan, pour signifier la montée du niveau de l’eau. La roche est moins visible également dans les remous troubles tandis que certains cristaux apparaissent fendillés par l’érosion. Moins de rose orangé pour cette version et plus de bleu gris, la carte ressort finalement plus froide.


Memo de gameplay sur les Sims 4 – puisque la roche cristalline s’en inspire directement : autant les collectibles accessibles au marteau à bois sont disponibles dès le jeu de base, autant la météo n’existe qu’avec le pack Saison. Et, même si les flaques d’eau sont présentes dans le jeu, aucun de mes Sims n’a été victime d’une inondation. Donc dans cette illustration, il s’agit de pure spéculation ^__^

Si vous souhaitez appréhender les changements climatiques de manière vidéoludique, je réfléchirai à une liste non exhaustive de jeux vidéo en rapport avec cette thématique ! A défaut de pouvoir faire mieux IRL qu’au présent.


Cette carte illustrative, Illustration de bonne année, est le pendant de Joyeux Noël et illustration de fêtes partagée en décembre 2022. En espérant que, localement, 2023 apporte d’avantages de précipitations que 2022.

Happy New Year ! Greetings Card illustrated by Saisei
« Happy New Year » Greetings Card during winter 2022-2023

EDIT de mars-avril : article « Influencer le climat en jeux vidéo ? » en ligne, sur l’appréhension de changements climatiques / météorologiques / environnementaux en jeux vidéo !

Ou laissez-moi un commentaire

Joyeux Noël & illustration de fêtes

Dessin pour les fêtes de fin d’année, illustration de particules scintillantes dans une ambiance nocturne et enneigée. Bref, la traditionnelle carte de vœux :

Joyeuses Fêtes ! Carte de vœux illustrée par Saisei
Carte de vœux « Joyeuses Fêtes » pour l’hiver 2022

Pour de petits plaisirs dont la simple présence, parfois un simple mot rédigé avec affection, quelque chose qu’on fabrique soi-même, ou juste une sortie le soir de Noël. La magie du moment. La magie de l’instant.

Lors des dessins de recherche pour cette carte, j’étais encore fortement marquée par la diffusion de « Tokyo Godfathers » de Satoshi Kon – un film d’animation sorti en 2003. Le cristal roche, issu du jeu vidéo Les Sims 4 représente aussi un souvenir de géocache* faite cet été !

  • Joyeux Noël ! Carte de vœux illustrée par Saisei
  • Merry Christmas ! Greetings Card illustrated by Saisei
  • Joyeuses Fêtes ! Carte de vœux illustrée par Saisei

Une ambiance clair-obscur donc, dans la lignée de l’illustration 1 chiffre pour 1 arbre ainsi que de Fleur de Ressac en VégéSim, publiée en mai dernier lors d’un défi de scénario. A ce propos, dans les Sims 4, les cristaux récupérables sont finalement complètement opaques et ressemblent davantage à une géode ou une roche cristalline qu’à des cristaux translucides. J’ai donc pris la liberté, pour cette illustration, de les représenter légèrement transparents – ce qui offre un chouette contraste entre le fond sombre et les contours brillants des formations cristallines saillant de la roche.

Cet aparté sur les collectives du jeu vidéo se veut également un rappel sur les ressources finies de notre environnement. Tout le monde saisit la référence, donc je n’irai pas refaire un pamphlet là-dessus ici. Plus onirique, le morcellement du cristal rappelle un peu l’effet en poly art (polygonal art) du cœur de Saint Valentin !


*Géocache, geocaching : jeu de plein air, IRL donc, où les participants partent à la recherche de cachettes entretenues par d’autres participants. Les trésors trouvés sont des choses simples, allant du petit mot à divers petits objets. Principe du jeu de piste où la carte papier est remplacée par une map sur téléphone – à l’instar d’une chasse aux pokémons (ou d’une chasse aux créatures du vide, pour rester dans le thème des Sims 4). Sympa à faire à plusieurs, le temps d’une balade !

Joyeuses Fêtes à tous en perspective, je vous souhaite de passer un agréable moment !

Ou laissez-moi un commentaire

Dessins de recherche, carte de Noël

Compositions en noir et blanc, dessins uniquement en valeurs. Comme l’année dernière lors des esquisses nocturnes et… Comme toujours, en fait ! Esquisses en vue d’une illustration pour la prochaine carte de vœux.

Cette année l’ambiance tire son inspiration de mes photographies* sur MD studio dans « neige et glace » ! C’est que les photographies de neige sont rares en raison du climat jusqu’à présent océanique de la région où je vis. Aperçu de ma planche d’inspiration et de mon espace de travail pour ces quelques compositions :

Aperçu écran de mes dessins en parallèles de mes photographies sur MDstudio
Neige et glace. Yrial in Sight et MD studio : photos* qui alimentent mes dessins et illustrations !

Surtout, après deux années de suite sur les félins – et surtout les petits carnivores domestiques que sont les chats – j’avais envie de changer. Et d’opter pour ma marotte du moment, à savoir… Les Sims 4 !!! Ici des cristaux roches émergeant de la neige :

croquis en noir et blanc, composition en valeurs, projet d'illustration pour une carte de Noël 2022
Différentes compositions autour de la même ambiance

Dans le jeu vidéo des Sims 4, les Sims peuvent, à l’aide d’un marteau à bois, extraire différents collectibles de ces formations rocheuses, en fonction de l’aspect même de la roche :

  • des cristaux (comme sur la roche représentée ici d’où émergent des gemmes aussi brillantes que protubérantes),
  • des fossiles (autre esthétique de roche, représentant une empreinte négative fossilisée)
  • des métaux (autre esthétique encore, où la roche est incrustée de gemmes opaques et colorées).

En revanche, si le joueur connaît d’avance la nature du collectible, l’obtention de tel ou tel item reste aléatoire. C’est la surprise ! Et c’est ce qui m’anime dans ce projet dessiné.

A bientôt pour la version de l’illustration en couleurs ! Et où j’expliquerai le message de fond pour cette carte de Noël ainsi que le twist qui en sera tiré pour la carte de Nouvel An.


*Photographies présentées en sources d’inspiration : « Toitures enneigées, voiture givrées » suivie de « Boule de neige » et « Arbre de nuit sous la neige » sur MDstudio.

Ou laissez-moi un commentaire