Évolution du site avec Twenty Seventeen part.5

Suite des évolutions avec le thème WordPress « Twenty Seventeen » : une bonne base !

Ça n’a l’air de rien, mais Twenty Seventeen est plutôt « brut de décoffrage » – voici un avant-après chartage du site sur mon article test :

aperçu de la section widgets avec Twenty Seventeen « brut »
aperçu de la section widgets avec Twenty Seventeen avec ma charte graphique

L’ajout d’un bordereau rose sous le titre et le changement de typographie donne un peu plus de caractère à mon avis !

aperçu de la section widgets avec Twenty Seventeen « brut »
aperçu de la section widgets avec Twenty Seventeen avec ma charte graphique

Il y a eu plusieurs adaptations au thème WordPress Twenty Seventeen : rajout des catégories, tags et possibilités de poster sur chaque article, dès la vue « par archive » et pas seulement sur sur la vue « par article » (retour d’expérience utilisateur).

Mieux vaut avoir des idées de mises en page pour l’enrichir en terme de couleurs, de typographies, d’items ! Et vous passez forcément par la case « charte graphique » puis « intégration en CSS ». Sans compter les widgets qui apportent les fonctionnalités requises (ceci est commun à n’importe quel site WordPress). Dans tous les cas, une lecture assidue de la feuille de style du thème parent s’impose.

Un design de retour aux sources

Ce changement de thème, assorti d’un grand nettoyage de contenu, m’a aussi permis de me rapprocher de mon intention initiale : douceur, onirisme, simplicité – ici,  coins arrondis et conservation de l’esprit cahier.

Voici exemple de simplification avec les éléments clés de la charte d’origine, suivis de leur application sur la nouvelle pagination :

Yrial in Sight : évolution charte graphique du blog
en haut : les éléments du « cahier » ancienne charte graphique | en bas, version actuelle

Simplification et occupation de l’espace

Enfin, j’ai orienté la visite pour une tablette ou un smartphone, avec la suppression de l’antique menu latéral – voici un aperçu de l’évolution :

menu latéral gauche | version d’Yrial jusqu’à 2016
menu latéral droit | version d’Yrial 2016-2018
pas de menu latéral | version d’Yrial depuis l’été 2018

Les liens sont communiqués dans la section commune à toutes pages d’Yrial – une widget area comme on dit ! Cette réorganisation spatiale m’a fait gagner de la place et j’ai séparé les icônes de réseaux sociaux de celles des autres sites web de mon réseau :

valorisation des réseaux et distinction des sites web

Il manque un de mes sites web, c’est normal car il concerne une activité en pause ^.~

Je vous fais grâce des points de détails du reste de la charte graphique et du scénario de visites. Je me fais plaisir en vous partageant ces histoires sur Yrial… Tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’un blog de dessin et d’illustrations avant tout !

Et maintenant, dites-moi : que pensez-vous de cette nouvelle version d’Yrial in Sight ? J’ai hâte de savoir ^-^

Ou laissez-moi un commentaire

Évolution du site : thème adapté, c’est la rentrée !

Suite des évolutions avec le thème WordPress « Twenty Seventeen » :  depuis août dernier, Yrial in Sight est prêt pour la rentrée 2018 ! Aujourd’hui ça se discute autour des adaptations graphiques et finalement, autour d’un thème déjà prêt, ou adapté, ou fait main.

Je ne vous le cache pas, un thème « fait maison » ou « fait main » – autrement dit concocté par vos soins, c’est long. Quoi que les professionnels du milieu, dédiés à la création de WordPress et / ou de thèmes WordPress, sont certainement bien mieux rodés à l’exercice que moi !

CSS et résultat web pour Yrial in Sight
CSS – un langage de mise en page pour le web, ici pour Yrial in Sight

Si c’était si simple, nous serions une grande majorité à savoir coder et / ou prêt à investir les ressources nécessaires en termes de temps et de connaissance pour bâtir notre thème personnel. Preuve en est, le marché regorge de thèmes prêts-à-installer pour WordPress, en accès payant ou gratuit, proposés par de nombreuses compagnies… Et d’indépendants.

Un site fait maison ou un site Worpdress, qu’est-ce que ça implique ?

Pour faire court, un site fait maison vous demande diverses compétences ou domaines de veille – surtout si vous êtes autodidacte comme moi :

  • Pour l’existence du site : un hébergeur – serveur + l’achat d’un nom domaine + un outil de mise en ligne (comme FileZilla) ;
  • Pour l’aspect gestion de base de données – quelques requête en SQL et une petite balade régulière du côté de PHPmyAdmin pour les sauvegardes ;
  • Pour le code du site : php et javascript (il y en a d’autres maintenant)
  • Pour la mise en page du site : html, css… Et un logiciel de retouche d’images pour le web.

En comparaison, et pour faire simple, un site web WordPress assorti d’un thème tout prêt vous demande : de cliquer sur des boutons… A condition de capitaliser sur des connaissances antérieures. Car finalement, que ce soit pour le déploiement de WordPress ou le paramétrage des accessoires, la patience supplée rarement au manque de pratique. Et je dois reconnaître farfouiller le CSS pour la mise en page, d’autant que, comme je ne l’ai pas écrit en premier lieu, il me faut d’abord « rentrer dans la tête » de l’intégrateur auteur d’origine.

Voilà pour une grossière introduction en la matière ; à mon avis, tout site exige de faire de la veille et de demander conseil. Et, surtout, d’avoir une idée claire de ce que l’on veut en amont tout en restant souple : autant sur un site fait maison, vous pouvez galérez mais vous maîtrisez vos fonctionnalités de bout en bout, autant, sur un CMS comme WordPress, il faut accepter de déléguer certaines choses.

Ici par exemple, en terme de présentation graphique et de scénario de visite, mon « idée claire » repose sur un univers et un accès direct à l’information. J’ai toujours souhaité conserver une certaine ambiance, donc des éléments comme l’image de fond sont restés présents avant de valoriser mon identité ; voici une rétrospective sur un même article de blog :

Yrial in Sight fait maison jusqu’à l’été 2016
Yrial in Sight avec WordPress et le thème Nisarg, 2016 – 2018
Yrial in Sight avec Twenty Seventeen depuis cet été 2018

Vu de loin, le visiteur sent assez peu le changement entre Nisarg et Twenty Seventeen, les thèmes WordPress utilisés pour les deux derniers aperçus. C’est précisément l’objectif, une transition tout en souplesse en apparence.

Yrial in Sight, bac-à-sable en tout  !

En 12 ans de site personnel, j’ai testé le site fait maison, le site avec thème tout prêt (1), et le site avec adaptation d’un thème (2). Avant ce site web, j’avais contribué à d’autres créations en agence, via un logiciel de type « What I See Is What I Get » comme DreamWeaver, mais je suis rapidement retournée à mon blocnote.

Je vous résume ici le cheminement d’un « Yrial @Saisei fait maison » vers un « Yrial collaboratif » à un « Yrial propulsé par WordPress » et toujours en collaboration.

Le site fait main, c’est une occasion de concevoir, de produire et de faire vivre un projet personnel de A à Z ; on apprend, on se rend visible et c’est vraiment gratifiant. Avec le temps et ce qu’on voit des autres auteurs, l’envie de moderniser le site devient presque aussi grande que produire du contenu pour le site. En tout cas, c’est ce qui s’est passé pour moi. Jusqu’à ce que le temps manque cruellement, que les métiers s’étoffent et se complexifient – d’où la collaboration et la délégation, même pour Yrial in Sight.

Pour le thème WordPress fait maison, l’idée a été abandonnée assez vite compte-tenu de l’expertise nécessaire au fonctionnement de la plateforme WordPress proprement dite. Je travaille désormais en collaboration depuis plusieurs années et demander un thème complet reste énorme ! Le sujet « site web : évolutions et nouveautés ! » vous donne déjà un aperçu de ce que l’amélioration d’un site web avec blog implique.

Lorsqu’on choisi de déléguer la technique à un CMS, on peut davantage se concentrer sur le contenu et sa mise en valeur. Ces CMS représentent vraiment un outil de démocratisation d’accès, je pense ; là où, avant leur apparition, une sélection s’opérait inévitablement. En revanche, c’est une erreur de penser qu’ils affranchissent de la rigueur pour la création et la maintenance*.

Concernant le choix d’un thème WordPress, j’ai choisi à chaque fois au plus près de ce que j’avais en tête (je note et je dessine des idées de maquette que je compile ensuite puis je compare avec les thèmes du marché). Ensuite, même si le thème sélectionné exige peu d’adaptation dans sa structure, il en va souvent autrement pour l’adaptation graphique – ici un exemple avec des changements de typographies, d’interlignages, de couleurs, d’arrondis, et ajouts de menus personnalisés :

aperçu de la section widgets avec Twenty Seventeen "brut"
aperçu de la section widgets avec Twenty Seventeen « brut »
aperçu de la section widgets avec Twenty Seventeen avec ma charte graphique
aperçu de la section widgets avec Twenty Seventeen et ma charte graphique

*Une petite remarque : même en déléguant à WordPress et à l’auteur d’un thème les parties les plus techniques, s’occuper de son site demande du temps, ce ne serait-ce que pour la maintenance – sauvegardes, mises à jour de sécurité, mises à jour de thème et donc d’adaptations graphiques suites auxdites mises à jour de thème… Dans tous les cas, il existe des solutions payantes.

C’est toujours le même triptyque : temps, argent, qualité (envie, connaissances). Si vous voulez de la qualité, vous y investissez du temps et / ou de l’argent ; et ainsi de suite !


A titre informatif :

  1. mon thème WordPress 2016-2017 était Nisarg édité par Falguni – toujours maintenu par son créateur à l’heure où j’écris ses lignes ;
  2. mon thème WordPress 2018 est Twenty Seventeen de WordPress, le petit dernier proposé en 2017 par WordPress, justement – et toujours maintenu actuellement.

Voilà pour cette « Évolution du site avec Twenty Seventeen part.4 » ! Et vous, avez-vous déjà tenté de créer un thème WordPress « fait maison » ou « adapté » ? Quelle en est votre expérience ?

Ou laissez-moi un commentaire

Évolution du site avec Twenty Seventeen part.3

Suite des évolutions avec le thème WordPress « Twenty Seventeen » ! Aujourd’hui je vous parle graphisme au service du contenu et plus particulièrement, du parallaxe – ou comme ici, de l’effet parallaxe.

Tout d’abord, pourquoi avoir autant attendu le parallaxe alors que je le proposais en clientèle ? J’avoue que, comme je juge les blogs globalement obsolètes comparés au réseux sociaux, j’avais opté pour le moins d’actions possibles – le moins de clics donc – pour arriver à l’information.

L’autre raison aussi est le probable manque de référencement avec un site web organisé purement en parallaxe – comprendre : chaque lien du menu supérieur renvoie à une section de la page d’accueil et non pas à une page indépendante. Le scénario de visite s’en trouve facilité pour l’utilisateur (qui se contente de scroller) mais le maillage interne au site devient quasi nul, les liens entrants ne renvoient que vers une seule page (la page d’accueil), etc. Les raisons restent multiples.

Cela ne veut pas dire qu’il faut renoncer au parallaxe. Un client ou une cliente dont l’activité débute et se conclut en visu peut tout à fait se satisfaire d’une page vitrine, d’une organisation en one page. D’autant que cette présentation se révèle séduisante en terme d’approche. Pour Yrial in Sight, le défilement des sections en valorisant certaines illustrations favorise la présentation de mon univers :

Défilement des sections sur la page d'accueil d'Yrial in Sight
Défilement des sections sur la page d’accueil d’Yrial in Sight

Par ailleurs, j’ai certes opté pour une présentation en parallaxe mais le menu principal et le bas de page appellent des pages distinctes des sections. Les sections offrent chacune une introduction aux différentes pages et vous invitent à en découvrir d’avantage.

Notez qu’il est tout à fait possible de convertir le thème WordPress Twenty Seventeen en pure parallaxe ! Une fois vos sections crées, vous indiquez les liens de menu principal comme vous le faites avec les liens dans une page ; vous vous souvenez des ancres < a name= »monlien » > et des liens de type « monsite.com/mapage/#monlien » ? Ben voilà !

Voilà pour les nouveautés. Et vous, avez-vous déjà été tenté par du parallaxe ?

Autres articles sur le même sujet :

 

Ou laissez-moi un commentaire

Évolution du site avec Twenty Seventeen part.1

Depuis l’apparition du thème WordPress « Twenty Seventeen » l’an dernier, je songeais fortement à l’adopter ! Surtout pour sa « home page ».

Yrial in Sight a ainsi changé de tête samedi dernier ! Rassurez-vous cette version est évolutive : il manque l’ambiance qui caractérise le blog et les pages du site depuis sa création. Même si on évolue avec le temps.

nouvelle page d'accueil pour Yrial in Sight vue sur mobile / smartphone
nouvelle page d’accueil pour Yrial in Sight vue sur mobile / smartphone

Pour le lancement, je me suis concentrée sur le contenu et plus particulièrement sur les textes de présentation et d’accompagnement !

Jusqu’alors j’ai adopté ici un ton humoristique pour me présenter, préférant déléguer aux images parodiques le soin de me présenter. L’exposition démarrée en juin m’a amenée à revoir ma biographie sous un autre angle, entre professionnelle et fanzineuse, entre sérieux et décontraction. Ce texte a été la première pierre pour l’évolution en 5.0 d’Yrial in Sight :

  • Vous disposez maintenant de réelles introductions aux différentes sections du site – actualités – blog & partages – galeries d’illustrations – infos + contact
  • Une vraie présentation me concernant avec l’idée directrice de ce site et du blog d’origine, plus un petit aperçu de mon parcours – et ce, même si je vous laisse pour le moment les mentions parodiques en parallèle ^.~

En plus de l’adaptation graphique (typographie, charte graphique, visuels d’habillage), je suis en train de repenser la navigation par mots-clés. J’envisage aussi une nouvelle modernisation de la page « info+contact », car, même si les informations communiquées sont toujours d’actualité, elles ne sont guère visitées. Enfin, je compte revoir les tailles des images insérées avant l’import sous WordPress, ainsi que les liens internes au blog et au site

nouvelle page de présentation pour Yrial in Sight vue sur mobile / smartphone
nouvelle page de présentation pour Yrial in Sight vue sur mobile / smartphone

Pour le moment, soyez indulgents car j’y consacre mon temps libre ! Et contrairement à ce que je préconise pour les clients, j’ai choisi de ne pas travailler sur une base + url à part, afin de m’économiser l’url rewriting indispensable aux liens en durs (et non relatifs) pratiqués par WordPress. Ce qui signifie que je travaille en direct.

La suite très prochainement. N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions entre-temps ^__^

Et vous, utilisez-vous WordPress ? Si oui, quel thème ?

 

 

Ou laissez-moi un commentaire

Anagramme : Phéa vs Phaé

Pour conclure cette série sur le personnage de Phaé, voici une recherche d’anagramme pour son nom. Comme je l’expliquais précédemment, le prénom devait, dans la mesure du possible, être composé à partir des lettres de P, H, E, A :

Recherche d'un anagramme autour de Phéa
Recherche d’un anagramme autour de Phéa + typographie en vue d’un logotype

Ça a l’air évident, hein ! Pourtant l’idée ne m’est pas venue tout de suite ^^ Je cherchais quelque chose d’original, donc je listais au fur et à mesure, sans me fermer de portes.

Et voici les études pour un logo typographique :

Recherche typographique pour un logo au nom de Phaé
Recherche typographique pour un logo au nom de Phaé

Là il s’agit des recherches « dessinées à la main » et donc non vectorisées. J’aime travailler les logotypes sur fond gris neutre d’abord, afin de forcer les valeur de blanc et de noir. Ensuite je teste les propositions de logos retenues sur fond blanc et sur fond noir, en étudiant les variations de valeurs si besoin. Voilà pour l’aparté graphisme !

Ou laissez-moi un commentaire

Logo Yrial in Sight

Lorsque le site et le blog ont été refondus en 2016, j’en ai profité pour incorporer ma favicon et par là-même, mon logo pour Yrial in Sight.

Pour vous donner une idée, le logotype d’Yrial in Sight a toujours porté sur le « Y », le son en diphtongue qu’on retrouve aussi dans « insight » ou « in sight ». Yrial a une sonorité minérale et à l’époque où j’ai créé le site, en 2006, j’ai inventé le nom, en combinant des sons que j’aimais bien. Ça m’a pris un peu de temps mais je suis arrivée à quelque chose qui était original, dans la mesure où je n’ai pas trouvé d’équivalent pour « yrial » sur le web lors de la création. Voilà pour l’anecdote – que vous trouverez également en biographie dans la section à propos ^^

J’ai souvent proposé aux clients d’inclure en favicon leur logo ou un extrait de leur logotype. Et j’ai tendance à concevoir une identité graphique ainsi. Ici, il s’agit donc bien d’un logo picto conçu d’abord en favicon – l’icône dans l’onglet du navigateur, quand vous arrivez sur le site web yrialinsight.com. Les crayonnés de recherche datent de 2015 et voici son dessin vectoriel, en grand :

Logotype et favicon pour Yrial in Sight
Logotype et favicon 2015 pour Yrial in Sight – version en noir sur fond transparent

Pour mémoire, ma précédente favicon (1) était composée du premier idéogramme de « saisei », mon pseudonyme. Il est temps de la simplifier ! Saisei disparaît donc au profit d’Yrial InSight – devenu Yrial in Sight. Comme je souhaitais toutefois conserver la caractéristique japonaise, j’ai donné aux « Y » un style calligraphié.

Ensuite, le plus petit symbole à côté du Y rappelle, à dessein, un œil ouvert, vue de profil et tourné vers la droite. Ceci pour plusieurs raisons :

  • Yrial in Sight est un site de dessins, on a donc besoin de la vue pour le voir, le découvrir
  • Le blog Lumière Elfique (le nom de ce blog à l’origine), fait directement référence à la « lumière qui éclaire dans n’importe quelle obscurité » (2) ; c’était donc une façon de rester connectée au nom premier du blog
  • La lumière est également liée à la physique de notre œil, qui a besoin de lumière pour discerner, capter les informations sur la rétine ; et lors des cours de physique, on représentait l’œil ouvert (il vaut mieux !) et de profil
  • « in Sight » signifie « à l’horizon », »en vue de », « dans la ligne de mire » – là encore, représenter un œil, vers la droite (l’avenir en occident) me semblait opportun
  • « insight » signifie entre autre « idée », « connaissance », « lucidité » des valeurs que j’apprécie, ainsi que « aperçu », « vue », « perception », « vision » … CQFD !

Ok, alors pourquoi est-ce que je n’en parle qu’aujourd’hui ?

Et bien je pense m’en inspirer pour changer mon avatar sur Deviant Art, qui deviendrait donc ceci :

Si vous regardez tranquillement le visuel, vous observez qu’il change graduellement de couleur, allant du noir au rose, sur un rythme croissant – décroissant assez doux. Cette petite animation me permet d’ajouter quelques signifiants à ce que j’ai énoncé plus haut :

  • Le rose est une couleur nouvelle depuis 2016 – avant le site était majoritairement en bleu, avec une transition en violet pendant quelques temps
  • Je travaille de plus en plus souvent en noir et blanc – avant je ne faisais que de la couleur et sinon, des crayonnés – donc les deux se trouvent maintenant associés
  • Le flux et le reflux régulier du rose au noir m’évoque un cœur qui bat ; quelque chose de plus dynamique, de vivant, de respirant – en tout cas, j’y ai pensé lorsque j’ai réalisé le montage : )

D’ailleurs la couleur pourpre intermédiaire peut aussi faire penser au flux de sang, foncé au retour et clair à l’aller car chargé d’oxygène. Je n’ai eu besoin que de deux teintes pour ça, le pourpre étant la combinaison du rose au noir à différents degrés d’opacité. En un mot : j’abandonne ma petite frimousse dessinée pour un picto ^o^

 

Voilà pour rétrospective explicative, voilà ce qui se passe dans ma tête quand je conçois quelque chose. Même si le crayon glisse instinctivement sur la feuille au moment de créer concrètement, le mouvement est souvent précédé d’une digestion et d’une connexion d’informations, d’idées, de concepts ; )

 


(1) favicon : combinaison et contraction de « favourite » et « icon » <=> pour mettre un site en favoris, il suffit de glisser – déposer la favicon dans vos bookmars / favoris ou votre barre personnelle en haut.

(2) référence au Seigneur des Anneaux de Tolkien, dans laquelle je vois une métaphore de l’espoir

Ou laissez-moi un commentaire

Stormy sunset : isles in sight !

Suite de l’illustration Îles en vue – isles in sight avec cette-fois la version finale pour MDdrawing !

Pour cet article, je vous partage deux étapes !

1. Équilibrer le dessin suivant la position du texte – qui va influencer la composition :

la branche gêne un peu

on vire la branche et on incline

on remonte la ligne d’horizon

Evidemment, cette composition doit être vérifiée en version tablette et mobile, la taille de l’image variant d’un support à l’autre (mais pas le positionnement) :


2.  Illustration en elle-même + test intermédiaire :

illustration du décor seul : la couleur du soleil caché dans les nuages se confond avec une éventuelle éruption !

illustration du perroquet au premier plan et décor

ajout de texture pour rendre l’approche de l’orage palpable

un test intermédiaire niveau couleurs entre la version bleue « shiny » et la version rose « stormy »

J’adore ce genre de variantes d’ambiance !!!


Vue de l’illustration intégrée au webdesign :

preview de l’accueil sur MDdrawing, mon portfolio en anglais

 

Cette illustration destinée au web fait suite à mes études de perroquets et mes esquisses d’îles.

Si vous êtes curieux, rendez-vous sur MDdrawing.com !

Ou laissez-moi un commentaire

Carte de vœux finale

Après l’effort, le réconfort, on avance. Tel est le thème de cette année ^__^

Voici donc le projet de carte, mêlant habitations rocheuses, monts escarpés, itinéraire à découvrir !

carte de vœux finale
carte de vœux finale

Le cadre en gros coups de brosse est un rappel du cadre utilisé pour la carte de l’année dernière ^.~ Je voulais quelque chose de plus spontané quitte à paraître davantage « cracra » !

Mes sources d’inspiration, un petit melting-pot pour le plaisir :

  • les montagnes pour le rapport à l’effort mais aussi l’idée de profiter du chemin en cours de route – la récompense dans la contemplation du paysage
  • les vestiges de civilisation qui appellent l’imaginaire : temples greco-romain, temples coréens-japonais, et le site de Petra en Jordanie

Certains sites sont accessibles, d’autres pas directement. C’est au randonneur de décider du chemin à prendre, en sécurité à chaque marche, ou en rappel d’escalade ^.~

La nouveauté est bout du chemin, pensez à souffler et à profiter de chacune de vos réalisations !
Et bonne inspiration pour vos prochaines idées !!!

Ou laissez-moi un commentaire

Variations de papier parcheminé

Suite du précédent article sur l’exercice de perspective !

J’aime beaucoup tester différentes options pour les ambiances. Que ce soit pour un costume, un décor, les jeux de couleurs et de saturation peuvent m’absorber un moment. Ici j’ai essayé différents modes de fusion et de styles pour associer une photographie de ciel à une texture de papier.

lettrage 3D - expérimentations
Bonne année 2017 en perspective – papier parcheminé

Il m’arrive fréquemment de travailler à partir de photographies ; je stocke beaucoup de clichés persos, ici une photo de ciel d’été (juillet 2014) ! Ci-après, une incrustation similaire et un style encré. Le texte s’insère mieux dans le décor :

lettrage 3D - expérimentations
autre style encré – papier parcheminé

Et un autre essai ! La cime des nuages devient un effet de craquelure :

lettrage 3D - expérimentations
papier parcheminé orangé

Je ne poste pas tout ici, c’est juste une parenthèse sur ma manière d’expérimenter. De toute façon, le collage paraît encore très brut ! Il reste encore du chemin à parcourir pour combiner harmonieusement les textures.

Ce qui est sûr, c’est qu’à force de texturer, l’œil change et on apprécie que les effets de matière soient plus estompés qu’au début.

Ou laissez-moi un commentaire

Une bonne année en perspective…

… A un point de fuite, en version papier !

J’avais même pensé à l’insérer sur un origami (c’est un peu private joke).

Bref, c’est surtout une excuse pour alimenter le blog avec un petit step-by-step, comme souvent ^.~.

D’abord les chiffres de face, puis l’épaisseur et ensuite, ça s’étoffe ! Avec quelques obliques, histoire de varier les « plaisirs » :

Un petit exercice de révision pour bien démarrer !

Ou laissez-moi un commentaire