Lutin vampirique en step by step

le crayonné coloré : principales étapes
le crayonné coloré : principales étapes

J’ai travaillé ce croquis en mode détente – le résultat est donc intentionnellement brut ! A la base, c’est un mix entre une session de jeu de rôle (Vampire) et le visionnage de Trolls 2 (lors d’une soirée nanard) x) Je cherche à m’habituer à coloriser à partir du gris, comme je l’avais fait pour le yak rigolard.

Voici un aperçu de trois étapes clés du dessin (à gauche, affinage ; au milieu, niveau de gris ; à droite, couleurs brutes) :

aperçu des étapes juxtaposées
aperçu des étapes juxtaposées

Donc c’est parti ! L’étape est commentée en bas de chaque visuel :

étape 1 : le crayonné pris en photographie
étape 1 : le crayonné pris en photographie
étape 2 : éclaircissement et légère coloration du crayonné
étape 2 : éclaircissement et légère coloration du crayonné

A partir de maintenant, le calque du crayonné reste au dessus des calques couleurs et se trouve en mode produit, histoire de conserver la texture un peu grungy du papier :

étape 3 : un fond pêchu + mon gris de travail habituel
étape 3 : un fond pêchu + mon gris de travail habituel
étape 4 : premières couleurs à gros traits
étape 4 : premières couleurs « brutes » à gros traits
étape 5 : passage en niveau de gris pour affiner les volumes
étape 5 : passage en niveau de gris pour affiner les volumes

Pour le niveau de gris, plutôt que de fusionner toute mon illustration, j’utilise un calque de réglages ; les traits de pinceau pour l’affinage sont effectués par dessus ce calque de réglage. Ça me permet de conserver mes calques couleurs intactes.

Enfin, je superpose à mon groupe de couleurs brutes mon groupe noir et blanc (passé en mode incrustation) :

étape 6 : superposition des étapes 4 & 5, puis affinage des détails
étape 6 : superposition des étapes 4 & 5, puis affinage des détails

Voilà pour ce rapide partage ! En cette fin d’année, les contes regorgent de lutins, de trolls et autres chimères, donc un lutin à crocs de vampire me semble dans le ton 😉

Ou laissez-moi un commentaire

Agrafeuse pour gueule de dragon

Encore un titre curieux !

Basé sur une méthode du « Dessin de manga 15 : horreur et épouvante » cet exercice existe donc bel et bien. Pas de rapport direct avec l’ouvrage dont je parlais précédemment si ce n’est le thème dragonesque, qui me rappelle un atelier de Geekopolis !

Observer une agrafeuse et lui imaginer des crocs…

news-2015-12-10-agrafeuse-gueule-dragon-001

Premiers croquis de juillet dernier, assez amusants !

L’agrafeuse permet de se représenter la gueule ouverte sous différents angles…

news-2015-12-10-agrafeuse-gueule-dragon-002

…Et de démarrer à peu près juste, même s’il y a des choses à adapter ensuite.

Là typiquement, ma gueule de dragon fait davantage penser à celle d’un chien – trop courte et trop épaisse, encore qu’avec une chimère on peut se permettre beaucoup de libertés. ^^°

Et un grand bâillement pour la fin !

news-2015-12-10-agrafeuse-gueule-dragon-003

Le détartrage doit être sympa avec celui-là, y a de l’espace entre les crocs ! Pas besoin de fil dentaire.

Bref, c’est encore perfectible ! Dommage que je n’ai eu le temps d’y retoucher depuis cet été ! Évidemment, on peut aussi s’inspirer de gueules de rampants et autres créatures « réelles » pour les détails.

Ou laissez-moi un commentaire