Encrage numérique : une ligne chasse l’autre

Encrage numérique : une ligne chasse l’autre

Ce post est lié à un test de cintiq en novembre dernier. Encore merci Evhell pour cette découverte ! L’article a été inspiré des « différences de sensation » entre cintiq et tablette « ordinaire », et des échanges avec SuzieSuzy sur sa propre cintiq.

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel00-encrage-traditionnel-line-digital

A gauche un line numérique sur une Giana à trois doigts ; à droite, un encrage tradi.

A la base, je voulais simplement partager une découverte sur l’encrage numérique. Il m’a semblé plus clair d’expliquer comment j’y suis arrivée que de me contenter d’une démonstration de l’outil. C’est parti !

1. Trousse à outils logicielle

Quand j’ai commencé à « dessiner » en numérique… J’utilisais Paint et la courbe de Bézier !

Et oui… Sans tablette, à la souris, on fait ce qu’on peut. Paint a bien évolué. Et depuis que j’ai vu une Joconde réalisée sous Paint, je ne jure de rien.

Rapidement on m’a fait découvrir Paint BBS – une appli web beaucoup plus sympa que Paint – puis Photoshop. La séduction n’était pas au rdv et pendant longtemps, Photoshop ne m’a servi qu’au graphisme, pas au dessin – j’utilisais alors principalement Open Canvas, dont les pinceaux et brosses par défaut convenaient parfaitement – tant qu’on reste en RVB :

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel02-souvenirs-open-canvas-line-numerique

Crayonné et line numérique | Open Canvas | carte de vœux 2011.

Je n’ai adopté Photoshop que tardivement, lorsque j’ai compris comment confectionner proprement ses brushes. Voilà pour l’outil logiciel ! Tout ça pour dire que le support n’a pas forcément d’importance, c’est plus une question de se sentir à l’aise, d’apprivoiser la bébête.

2. Trousse à outils matérielle

Lorsque j’ai pu m’offrir ma première tablette, une d’occasion dans le magasin qui m’avait formée à la retouche photo, la question s’est posée : sur une tablette A6, avec un écran de portable, comment arriver à un trait aussi souple, décidé et naturel qu’à la main ? Il n’y en a pas vraiment.

Et comment encrer en numérique alors ? Un trait chasse l’autre.

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel03-encrage-line-numerique

Encrage du sourcil : une succession de petits traits.

Quid des grands traits, dans ce cas ? Même en changeant de format de tablette il y a quelques années, je n’ai pas retrouvé l’énergie du gribouillis qui dévore la feuille pour autant. En y allant « directement », je me retrouve à tracer un trait plusieurs fois – et l’effacer plusieurs fois… >.< Sauf avec du vectoriel, bien que je ne sois pas fan du dessin avec Illustrator ou Inkscape. C’est là que le compromis made in CSP* arrive !
Exemple à la plume G, version traditionnelle et version numérique :

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel05-encrage-plume-G-traditionnel-vs-dynamique-manga-studio

A gauche, un test à l’encre de sienne de 2011 | à droite, un premier essai pour la carte de vœux 2015.

3. Un tracé vraiment adapté au manga !

Manga Studio a mis au point un dessin « semi-vectoriel** » qui permet, justement, de « faire des grands traits » et de pouvoir les corriger simplement ensuite. On créé un calque vectoriel (calque avec symbole d’un cube) ; on encre avec l’outil qu’on veut pour le crayon / pen [P] ; puis on corrige avec l’outil « correct line » [Y].

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel04-encrage-dynamique-manga-studio

Aperçu d’un encrage en cours réalisé avec Manga Studio.

Dézoom du précédent encrage numérique, plume G sur calque vectoriel :

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel05-encrage-dynamique-manga-studio-full-view

Les deux petites bouilles chibi du post sur les personnages et l’exercice de style.

SuzieSuzy est une grande fan de cette méthode-ci ; elle le gère super bien !

C’est d’ailleurs elle qui m’a fait découvrir le logiciel et ses possibilités, fin 2014. Même si j’ai commencé par autre chose, à savoir par bidouiller des gabarits 3D ici et , j’apprivoise tranquillement l’encrage « vectoriel » de Manga Studio.

En conclusion : alors que je n’encre plus depuis quelques temps déjà…

news-2015-12-10-yrialinsight-encrage-visuel06-illustration-dessin-sans-encrage

A gauche, illustration du cheval de bois | à droite, illustration des combattantes.

…Ce test me redonnerait presque l’envie d’en refaire !

************************************************

*CSP = Clip Studio Paint. Similaire à Manga Studio.

Je crois d’ailleurs que l’éditeur My Smith Micro fusionne les deux produits bientôt.

**Je dis « semi-vectoriel » car, contrairement à Illustrator par exemple, on n’a pas à se soucier de bien tirer les tangentes. Les avantages du vecto sans les inconvénients. Pour le dessin en tout cas. Reste à savoir si l’agrandissement se fait sans pixellisation et pour le moment, je ne me vois pas construire un logo avec.

Partagez Email this to someonePrint this pageShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

4 réactions au sujet de « Encrage numérique : une ligne chasse l’autre »

  1. Hop ! Une personne de plus convertie à CSP/Manga Studio 🙂 Je suis contente que ce logiciel soit un peu plus connu, il est tellement pratique et la prise en main aisée. Et surtout qu’il te convienne, malgré tes habitudes tradi/numériques.
    As-tu testé les modifications (delete, cut line) du tracé vectoriel ?

  2. Tu crois que Manga Studio est peu connu ? Je n’avais pas l’impression. ^^

    Côté modifications du line (menu [Y] donc), oui j’ai testé et c’est bien le truc sympa du logiciel ! Après, l’opération devient très « technique », moins spontanée donc j’essaie de ne pas trop y recourir. Enfin je n’ai testé que deux fois jusqu’à présent. ^^

  3. Quasiment tous les illustrateurs que je côtoie ne le connaissent pas ou rechignent à l’utiliser, préférant Photoshop. Disons qu’entre PS et Paintool SAI, il n’est pas utilisé tant que cela.
    Hum moi j’use et abuse des modifs vectorielles :-p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *