A quoi servent les réseaux sociaux quand on a déjà un site…

A quoi servent les réseaux sociaux quand on a déjà un site…

news-2011-02-13-reseau-sociaux-yrial-insight

Internet, c’est déjà un réseau. Une communauté planétaire parallèle à la « vie réelle » comme on dit, bien que les interactions y aient des répercussions ô combien palpables, tangibles, qu’elles soient affectives ou économiques, à l’échelle personnelle ou sociale, bref il y a du vrai sur internet, la vérité de chacun ! Alors si on a un site, n’est-on pas déjà dans cette communauté ? A quoi servent les réseaux sociaux quand on a déjà un site, et a fortiori un blog que l’on met (ou tâche de mettre) à jour régulièrement ?

Parce que le site, ça ne suffit pas. Et parce que le blog, ça ne suffit plus.

De réseau scientifique d’après-guerre, Internet est devenu le reflet « IRL » d’une gigantesque communauté au sein de laquelle émergent des communautés plus petites, regroupant parfois des milliers d’internautes. Et si le blog offrait la possibilité de relater les dynamiques turpitudes individuelles dans l’océan de la blogosphère, les gens ont eu besoin de reformer des groupes plus restreints et plus représentatifs de ce qu’ils sont / aiment / veulent échanger : des communautés thématiques (artistiques comme deviant ou sheezy art) aux communautés générales (myspace, windowslive), on peut y aménager son profil, afficher ses œuvres et échanger avec les autres membres, créer des clubs, se faire des « amis ».

Les plateformes de gestion de contenu (blogspot, skyblog, mais aussi facebook) ont parachevé le tableau de l’accessibilité pour tous. Génial pour les néophytes qui n’ont ni le temps ni l’envie de monter un site, salvateur pour qui le code s’apparente aux voies impénétrables, idéal pour qui graphisme et ergonomie recèlent des relents d’obscures langues étrangères. Certes on n’y est pas le propriétaire de ses données personnelles et elles peuvent atterrir entre de curieuses mains, mais on peut rapidement passer à l’essentiel : communiquer ! A tel point que l’être humain a parfaitement su recréer le brouhaha de la vie quotidienne.

Sincèrement, je trouve la création de ses plateformes parfaitement adaptée et comme je participe directement au brouaha commun, je ne vais pas m’en plaindre ! Seulement, voilà : il est facile de rester douillettement calfeutré sous la couette de son réseau social de prédilection. A la manière des supermarchés et divers magasins qui vous refilent leur carte de fidélité, la navigation au sein d’une communauté incite fortement l’internaute à y prendre racine. Alors, si on n’a pas sa page facebook, son compte viadeo pour la France et linked in à l’international, est-on, réellement, visible ?

Avec le foisonnement providentiel des réseaux sociaux, référencer son site dans les moteurs de recherches et multiples annuaires disponibles (ce que je n’ai toujours pas fait ^^) est-il suffisant ? Ou faut-il envisager d’adhérer à toutes les communautés existantes / appropriées / intéressantes à titre pro ou perso, pour faire entendre, ne serait-ce qu’un filet de voix ? Twitter semble avoir été particulièrement sensible à ce désir de cultiver son e-reputation et offre à chacun la possibilité d’enrichir ses différents comptes à moindre frais : on peut désormais associer l’application à nombre de profils, plus besoin de se rendre la page X ou Y du site Z, il suffit de gazouiller ! Ok mais si tout le monde fait pareil ? Car ne plus se rendre « physiquement » à la communauté (se connecter quoi), c’est ne plus rien écouter de ceux qui y résident !

On communique plus facilement, plus loin, plus vite, mais j’émets un -léger- doute sur la qualité de l’échange. En pratique, tout dépend de l’objectif visé, entre profil vitrine et salon virtuel : pour qui ajoute son cv sur les banques de cadre emploi et autre ouestjob, assure la concordance de son existence sur un viadeo ou un linked in, ça reste logique ; si en plus il poste son book sur un rienquemonsecteurpro.fr c’est magique ! Reste que les recruteurs se méfient s’ils ne trouvent trace d’une vie sociale autre que professionnelle, genre carrément suspicieux et incongru de pas adhérer à facebook. Bientôt peut-être, dysfonctionnel de dédaigner le smartphone et la connectivité non-stop au monde.

Parce qu’il ne s’agit plus d’entourage, non, l’enjeu semble s’être déplacé à « séduire le monde ». Peut-être pas le monde entier mais le plus de monde possible. Car finalement, le but ultime n’est-il pas de créer chacun une communauté qui graviterait autour de soi ? Autant j’ai en parfaitement saisi la nécessité de survie économique au niveau entrepreneuriale, autant au niveau individuel, je trouve ça… Ambitieux ! Alors bon courage !
________________________________

Je suis bonne pomme et je choisis de jouer le jeu sciemment, comme vous, quoi ! Voilà pourquoi :
– sur la page facebook d’yrialinsight, vous ne trouverez que quelques news concernant le site + des évènements et d’autres sites que je souhaite partager ;
– sur le compte twitter d’yrialinsight, vous trouverez quelques news sur des avancements de travaux + des retweets de vous que je juge pertinents ou qui m’ont fait marrer, tout simplement !
Pour le reste, il y a le flux RSS, le blog ^__^ … Et mes galeries sur sheezy art et deviant art, qui ne sont pas à jour ^.~

Partagez Email this to someonePrint this pageShare on TumblrShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *